•   

    alex-et-richard.jpg

    07h00 du matin, le Mont Blanc brille de milles feux. 

    Sourires confiant pour l'un, sourire inquiet pour l'autre. 

    L'un n'en est pas à son coup d'éssai, c'est un coureur de trail sur trés longues distances. Ce marathon, juste pour s'entrainer avant les compétitions sérieuses.

     L'autre un footballeur, sportif et endurant certes, mais ce marathon, le plus dur de tous, c'est aussi le premier.

      RICHARD-copie-1.jpg

     Arrivée du premier, 125 eme en 05 h 27 mn 49 s .

    125 eme sur 1700 coureurs. alexabdre.jpg

     Arrivée du deuxième, épuisé, encouragé par sa petite princesse et son chevalier.

    07h 33 mn 03 s - 1148 eme sur 1700 coureurs. 

    Je suis trés fier de leurs performances, l'un pour son art de préparer ces épreuves de manières scientifiques et sa capacité à gérer les efforts. L'autre pour avoir eu le courage de présenter à une telle épreuve sans etre vraiment préparé et avoir fait preuve d'une force morale exceptionnelle pour terminer dignement cet enfer.

     Pour information le premier à couru en 03h56 et le dernier en 09h00.   


    1 commentaire
  •  

     vuvuzela23

    Tous le monde connait le bourdonnement des  VUVUZELA     qui accompagne les matchs du mondial.

     

     

    Les bleus excédés par ce bourdonnement incessant ont préféré retourner écouter le chant mélodieux de la VUVUZAHIA , qui parait-il les enchante. Certes je les comprends, nous n'avons pas les mêmes valeurs. Souffler dans la vuvuzahia c'est quand même plus classe...    vuvuzela3.jpg

    Mais trève de plaisanterie, ce n'est pas l'objet de mon article.

     

    Savez vous d'ou viennent les VUVUZELA ?

    Vous allez tous me dire en cœur : "d'AFRIQUE".

     

    HE BEN NON !

     

    Une collègue ethnologue de renommée mondiale m'a récemment transmis des clichés qui prouvent sans aucun doute possible que la vuvuzela est apparu pour la première fois en NOUVELLE GUINEE. 

     

    PAPOUS.jpg

     

     

     

    2 commentaires
  •  

    La France serait-elle victime de la règle des trois B ?

     

    1998      un coup de BOL

    2006      un coup de BOULE

    2010      un coup de BALAI

     

    A moins qu'un coup de Bravoure, suivi d'un coup de Bol leur évite un coup de Baton et à nous un coup de Bambou

     

    A suivre....

     

    1 commentaire
  • femmes-pirates.jpgDans la vie des pirates, les seules femmes qui existaient étaient bien souvent des prostituées ou des prisonnières livrées à la violence des forbans. Celles qui brigandaient à leurs cotés, souvent déguisées en hommes, ne constituaient que des exceptions.

     

    Toutefois deux femmes pirates s'illustrèrent, Anne BONNY et Mary READ. Elles sont entrées dans les annales de la piraterie, au début du XVIII° siècle déguisées en hommes.

      anne-et-mary.jpg

    Anne BONNY est né en 1697 en Irlande. Sa famille émigra en Amérique pour y mener une existence de planteur en Caroline. Fuyant une vie ennuyeuse elle gagna le port de Charleston. Elle y rencontra le marin James BONNY qu'elle épousa peu après. Le couple s'installa dans le bastion de la piraterie de NEW PROVIDENCE pour y tenir un débit de boisson. Anne y fit la connaissance du célèbre capitaine pirate Calico Jack Rackham et succomba à son charme. Elle s'engagea sur son navire habillé en homme. Un jour elle tua d'un coup de couteau dans le cœur un membre de l'équipage qui avait dévoilé cette tromperie, afin de se protéger, elle même et  son capitaine de la furie de l'équipage.

      

    L'ironie du sort voulut qu'Anne ne fût pas la seule femme à bord du navire. Le maitre d'équipage était aussi une femme, native de Londres - Mary READ. Mary, habillée en homme avait tout d'abord pris la mer à bord d'un vaisseau de la marine, puis d'un navire négrier hollandais, capturé en 1716 par Rackham. Elle se joignit aux pirates et dissimula son identité jusqu'au jour ou Anne la dévoila. Les deux femmes se lièrent d'amitiés et gardèrent le secret avec Rackham.

    Jusqu'en 1720 elles participèrent au pillage de nombreux bateaux de pêche et de petits navires marchands.

    En octobre 1720, le navire de Rackham " le revenge" fut arraisonné par le chasseur de pirate Jonathan Barnet le long de la cote Jamaïcaine. Tandis que l'équipage ivre mort cherchait refuge dans les cales, les deux femmes opposèrent aux assaillants une farouche, mais vaines résistance.

      

    En novembre 1720 Rackham et les deux femmes furent condamnés à être pendu. Le jour de son exécution le vœu de Rackham. Revoir une dernière fois Anne Bonny fut exaucé. En guise d'adieu à son amant, celle ci lui aurait dit : "Je regrette de te voir ici. Mais si tu avais combattu comme un homme, tu ne serais pas pendu comme un chien ! ". L'exécution des deux femmes fut suspendue car elles prétendirent être enceintes. Mary Read mourut en prison avant d'accoucher. Quant à Anne Bonny, elle aurait échappé à la potence grâce à son père fortuné qui aurait acheté sa liberté.  

     

    1 commentaire
  • Un regard terrifiant, des meches fumantes et une barbe tressée, c'est ainsi qu'apparaissait Edward Teach dit Barbe-Noire.

      barbe-noire10.jpg

    Samedi 12 juin France 4 diffusait "la véritable histoire de Barbe-Noire le pirate" .

    Toutefois je suis rester sur ma faim, car le document a survolé le personnage et n'a pas mis en valeur sa complexité.

     

    ---------------------------

    Peut etre né en 1860 à Bristol, en Angleterre, Edward teach servit comme mousse pendant la guerre de la succession d'Espagne à bord d'un corsaire britannique avec lequel il atteignit la Jamaïque. En 1713, il rejoignit le pirate Ben Hornigold, avec lequel il collabora jusqu'en 1716. A la fin de 1717 il arraisonna devant Saint-Vincent un navire négrier français qu'il arma de 40 canons et dont il fit son vaisseau amiral sous le nom de "Revenge of queen Anne" . barbe-noire6.jpg

    En moins de deux ans, avec une véritable flotte et un équipage de 300 hommes, Barbe-Noire rançonna vingt bâtiments de commerce entre la Virginie et le Honduras. En 1718 il n'hésita pas à affronter le "Scarborough", un vaisseau anglais lourdement armé, qu'il mit en déroute après plusieurs heures d'affrontement.

     

    Barbe-Noire écoulait ses butins en Caroline. Le gouverneur Charles Eden lui accordait son soutien en échange d'une part des richesses.

     

    Toutefois les exactions de Barbe-Noire envers la population de Caroline et la passivité de Charles Eden, poussa ces derniers à demander l'aide d'Alexander Spotswood gouverneur d'un état voisin, la Virginie.

     

    le 22 novembre 1718, le vaisseau "HMS Pearl" sous le commandement du lieutenant Maynard pénétrait dans la baie de Ocracoke, lieu de mouillage du vaisseau amiral de Barbe-Noire.

    Maynard ordonna à deux chaloupes d'attaquer le navire de Barbe-Noire, mais celui réussit à aborder l'une des deux embarcations. Un sanglant corps à corps s'engagea, l'équipage de Maynard fut en partie tué ou blessé, tant et si bien que l'affrontement prit rapidement la forme d'un duel entre les deux commandants.

     

    Barbe-noire tira tout d'abord sur Meynard, sans réussir à l'atteindre, tandis que la balle de Maynard le blessa grièvement. Ce qui n'empêcha pas le pirate de poursuivre le combat avec son sabre. Alors qu'il s'apprêtait à assener un coup fatal à Maynard, dont le sabre se brisa, un soldat britannique lui planta un couteau dans la nuque (dans le document France4, un sabre) . Mais Barbe-Noire continua à se battre encore un moment avant de s'écrouler mort. Son corps portait les traces de cinq balles et vingt coups de sabre.

     barbe-noire-1.jpg

    La tete du pirate fut exposée à la proue du "HMS Pearl" et sur les quinze pirates qui survécurent au combat, treize furent pendus.     barbe-noire6-copie-1.jpg

    Si le lieutenant réussit à vaincre la terreur des Antilles, c'est parce que barbe-Noire et ses hommes avaient engagé le combat sous l'emprise de l'alcool, sans avoir conscience du danger qui les menaçait.

    LIEN VIDEO

        http://www.mystere-tv.com/barbe-noire-un-pirate-terrifiant-mais-aussi-un-grand-mystere-v1495.html

    Vous trouverez une autre version sur le lien suivant:

     http://www.pirates-corsaires.com/barbe-noire.htm

     

     

    1 commentaire
  •  césarLa vengeance de César

       En 75 avant J.C., le jeune Jules César (100-44 av.J.C.), qui n'avait que 22 ans, fut capturé par des pirates ciliciens lors d'un voyage à destination de Rhodes, ou il allait étudier.

        Aprés l'abordage, César étant en train de lire , regarda les pirates sans peur et continua sa lecture. Les pirates remarquant que ce jeune homme était instruit et assurément fortuné réclamèrent une rançon de vingt talents d'or (considérable à l'époque).
    César répondi d'un ton arrogant qu'il en valait au moins cinquante.

     Il resta captif trente huit jours sur l'ile de Pharmacuse, en attendant le versement de la rançon. Une fois libéré, César réunit quatre galères et 500 soldats avec lesquels il se lança sur les traces des forbans. Il fit couler les navires et crucifier les pirates.

      

      

    GALERE.jpgLes ciliciens naviguaient sur de petites embarcations à rame, les liburnes.

    Pour intimider leurs ennemis ils hissaient des drapeaux à tête de mort.

      

    Ils écumaient à proximité des cotes de l'Asie mineure, l'actuelle Turquie.

    De 132 à 63 av. J.C. ils semèrent l'épouvante sur les principales routes maritime de Rome.

    Ils disposaient d'une flotte de plus de 1000 bâtiments avec laquelle ils vainquirent les romains, attaquèrent Syracuse et saccagèrent environ 400 localités.

      

    En 67 avant J.C., Pompée ayant obtenu les pleins pouvoir lança sur la méditerranée une flotte de plusieurs centaines de navires, tandis que 120 000 soldats et 5 000 cavaliers gagnaient les bases pirates, sur la cote.

    La campagne dura trois mois et connu son apogée lors d'une gigantesque bataille navale au large de la Cilicie. 10 000 pirates furent tués. 20 000 capturés, incarcérés ou exécutés. 400 navires furent saisis, 1 300 furent détruis lors des combats.

     

      

     

     

    1 commentaire
  •   

    Un pirate ça peut être :

        - un marin qui capture des navires en toute illégalité, a ne pas confondre avec le corsaire ; 
        - une personne qui par la menace détourne un aéronef ;
        - une personne qui contourne à des fins malveillante les protections d'un logiciel, d'un ordinateur ou d'un réseau.

    -----------  

    La piraterie maritime est probablement aussi ancienne que la navigation. Toutefois les premières traces historiques que les pirates nous ont léguées ne remontent pas au-delà de 1500 ans avant J.C.

    La piraterie serait apparue en premier lieu à proximité des cotes. Plus précisément dans les détroits ou archipels traversés par les routes marchandes. Les plus anciens témoignages proviennent de la Méditerranée, du golfe Persique de l'archipel indonésien et des cotes de le Chine méridionale.

    Les premiers documents faisant mention d'actes de piraterie sont égyptiens et chypriotes et remontent à 1350 ans avant J.C.

    Dans l'antiquité la piraterie se différenciait à peine de la guerre maritime.

    Les attaques des "Peuples de la mer" ou "Barbares du Nord" nom que leur donnèrent les Egyptiens comptent parmi les exemples les plus anciens de piraterie.

    Les peuples, dont les philistins, opéraient à l'est de la méditerranée, dévastant les villes sur leur passage. En 1190 avant J.-C. ils détruisirent la cité d'Ougarit, principal centre de commerce maritime dans le nord de la Syrie.

    Quelques années plus tard, la flotte de Ramsès parvint à arrêter les envahisseurs

       

     

     

    1 commentaire