•       medicament41Les français peuvent être fiers, ils détiennent le record du monde de la consommation de médicaments.

         Ils ont l'immense privilège de consommer 5,9% du marché mondial, soit une dépense par année et par habitant de 534 €. Qui dit mieux ?

    Et après on s'étonne du déficit de la sécurité sociale.

    Une grande partie de ces médicaments ne sont pas consommer et transitent par nos poubelles, avant de contaminer les stations d'épuration et nappes phréatiques pour terminer leur périple dans notre eau quotidienne...Et aprés on ose dire que les français sont égoistes. La preuve que non...

      Source : les entreprises du médicament.

      http://choixdevie.over-blog.com/article-des-prescriptions-frauduleuses-a-foison-45292005.html

    MEDICAMENT3

      

    LES ANTIBIOTIQUES C'EST AUTOMATIQUE pour les animaux, sauf peut être en bio...

    En 2009, le volume total des ventes d'antibiotiques vétérinaires s'est élevé à 1 067 tonnes. Plus de 92% ont été vendus à des élevages d'animaux entrant dans les filières viande, lait et œufs. Le niveau d'exposition des animaux a augmenté de 12,6% entre 1999 et 2009.
    Pour l'OMS, "toutes ces utilisations favorisent l'antibiorésistance".
    A propos, 47% de la viande des USA est contaminée aux staphylocoques dorés.

    Source : www.destinationsante.com

      medicament-1-copie-1.jpg

     

     

    1 commentaire
  •  

    Pourquoi le charbon lorrain après une série d'articles sur les soldats des guerres napoléoniennes. Mais c'est élémentaire mon cher Watson. Primo: c'est Napoléon 1° qui le premier s'interressa a ce charbon en confiant à Jean-Batiste DUHAMEL, ingénieur au Corps Impérial des Mines, une mission de reconnaissance du gisement dans la Sarre. Secundo: le père de mon épouse était mineur de fond en lorraine et c'est une occasion de lui rendre hommage.

     forbach2-003.jpg

    En 1807 la Sarre est occupée par les soldats de l'empire, ce qui permet à J.B. Duhamel d'œuvrer en toute tranquillité. En 1810 il présente, " l'atlas des concessions du terrain houiller de la Sarre par Beaumier et Calmelet " , tous deux ingénieurs du Corps Impérial des Mines. Grace à cet outil la France va exploiter le gisement sarrois. En 1811, 105 000 tonnes sont extraites. En 1815, après la défaite de Waterloo, le second traité de Paris fait perdre à la France ses mines et son fameux atlas.

    Rapidement les usines métallurgiques de l'est, ainsi que les faïencerie et verreries souffrent de la pénurie de charbon.

    Toutefois on soupçonne un éventuel prolongement du bassin houiller de la Sarre en Lorraine. En 1816, Duhamel, qui a survécu à l'exil de Napoléon, sous la direction du baron de Gargan, réalise un premier sondage de reconnaissance à GERSWEILER. En 1817, il découvre une première veine à 65 m. Sa théorie est confirmée. Le charbon est là.

    forbach2-001.jpg

    En 1853, de nombreux sondages sont effectués sur un secteur allant de FORBACH à CREUTZWALD.
    Un des premiers sondages atteint le charbon à 100m de profondeur entre CREUTZWALD et LAUTERBACH. En 1854 l'exploitation démarre à CARLING. De nombreuses sociétés se créent et entreprennent les sondages de l'hôpital, du Hochwald et de ma tuilerie de Freyming.

    En 1855, le sondage du Hochwald pénètre dans le houiller et, de 230 à 242 m de profondeur, ne recoupe que du charbon. Cette épaisseur exceptionnelle est rapidement attribuée à la forte inclinaison des couches.
    Une demande de concession est déposée par la compagnie des Mines du Hochwald. Elle est accordée par décret impérial du 30 juillet 1857.
    Puis 9 nouvelles concessions sont acceptées.

    En 1858, Napoléon III annonce officiellement la découverte du bassin houiller de la Moselle.

     

    1 commentaire
  • Au cours de l'histoire parfois un homme peut en changer le fil sans que lui, ou que ses contemporains en aient conscience. Pourtant, par effet papillon, les actes de cet hommes, officier du génie de l'armée impériale, ont profondement modifié le déroulement de l'histoire...et nous en ressentons encore aujourd'hui les conséquences... et surtout c'est un peu grace à lui que je suis en vie aujourd'hui, sans la prise d'Alger mon arrière arrière grand-père Salvator (1847) n'aurai pas quitter Malte pour émigré en Algérie et mon  arrière grand père Angelo (1872) n'aurait jamais rencontré mon arrière  grand-mère Marie (1878).

       Sans-titre-1-copie-1.jpg

     Plaque apposée en 1930 au monument élevé à sa mémoire:

        AU SOLDAT INTREPIDE QUI SUIVANT L'EXPRESSION DE NAPOLEON 1° REUNISSAIT EN SA PERSONNE LES QUALITES DE L'OFFICIER DE MARINE ET DE L'INGENIEUR.
        A L'AUTEUR DU PLAN DE DEBARQUEMENT ET DE CONQUETE QUE LE SUCCES DEVAIT COURONNER VINGT DEUX ANS PLUS TARD.
        AU TOPOGRAPHE EMINENT QUI SUT AU COURS D'UNE BREVE EXPLORATION SONDER LES RIVAGES ALGERIENS, LEVER LES PLANS DU PAYS, TRACER D'UNE MAIN SURE LES ETAPES DE LA MARCHE VICTORIEUSE PERMETTANT A LA FRANCE DE VENGER L'EUROPE ET L'HUMANITE D'ASSURER LE TRIOMPHE DE LA CIVILISATION.
        AU COLONEL BOUTIN QU'UN LACHE ASSASSINAT AU COURS D'UNE MISSION EN SYRIE ENLEVA PREMATUREMENT A SA PATRIE ET A SA GLOIRE.

    Certes aujourd'hui une telle inscription peut choquer certaines ames bien pensantes et politiquement correct, mais il faut se remettre dans le contexte de l'époque pour en comprendre tout son sens.


    Ce n'est pas 1830 comme on le pense généralement que s'est posé pour la première fois la question d'Algérie.

    Au cours des XVI°, XVII° et XVIII° siècles les pirates barbaresques d'Alger écumaient la Méditerranée. Les marchandises étaient saisies, les équipages et les passagers étaient vendus comme esclaves; Ils étaient parfois torturés et exécutés.

    Différentes expéditions punitives avaient été montées. Alger avait été bombardé à plusieurs reprises, en particulier en 1683 par la flotte de l'amiral Duquesne, en 1688 par celle de l'amiral d'Estrées.

    Charles le Quint en 1535 avait échoué dans une tentative de débarquement.

    Napoléon 1° avait échoué dans la croisade antibarbaresque inscrite dans le traité de 1802 mais il n'avait pas renoncé à son rève oriental dont la première étape devait etre la prise d'Alger car il était nécessaire de s'assurer les libres communications en Méditerranée malgré la présence anglaise à Gilbratar et à Malte.

    La prise d'Alger nécessitait une reconnaissance préalable précise et menée dans le plus grand secret.

    Le 18 avril 1808, l'empereur demande à l'amiral Decrés de trouver et d'envoyer à Alger un homme  de valeur à la fois marin et ingénieur pour effectuer une reconnaissance en vu d'un débarquement éventuel.

    L'amiral Gantheaume décida que le commandant BOUTIN de l'arme du génie serait emmené à Alger par le brick " Le requin". Il écrivit au capitaine Bérard commandant ce batiment:..." vous recevrez à votre bord M.Boutin qui se rend auprès de M. Dubois-Thainville son proche parent; je vous prie de le traiter avec égards ".

    Boutin embarqua donc à titre civil, prétendu cousin du consul de France. La mission restait strictement secrète.

    Le consul de France reçu Boutin avec empressement et lui facilita, dans toute la mesure du possible, une mission fort délicate car il faut déjouer la suspicion des "barbaresques" envers les "roumis", surtout dans les parties de la ville ou les chapeaux ne paraissent pas.

    Boutin pousse jusqu'au cap Matifou d'un coté, jusqu'à Sidi Ferruch de l'autre dépassant ainsi de plusieurs lieues les limites que les européens n'ont pas le droit de franchir.

    Chaque jour il mène sa reconnaissance, prétextant la pêche ou la chasse. La pêche lui donne la possibilité de sonder les fonds. La chasse lui permet d'observer et de faire des croquis. Tout cela, il le confie chaque jour à sa mémoire remarquable. Chaque soir, chez le consul, il consigne par écrit les travaux de la journée.

    Boutin s'aventurait chaque jour davantage malgré les conseils de prudence que lui prodiguait le consul. En effet, ses "excursions" prolongées exapèrent le Dey qui lui adresse à plusieurs reprises par le consulat des observations et même des menaces.

    Il visite tous les forts de la ville et de ses environs. C'est à Sidi Ferruch qu'il se rend compte que c'est là qu'il faut opérer un débarquement. C'est à partir de là que par une pente douce, on accédera au plateau de Staouëli et de là, on prendra Alger à revers après s'être emparé "du chateau de l'empereur".

    Cest avec soulagement que, le 7 juillet 1808, le consul de France vit Boutin partir sur "le requin" aprés 52 jours dangereux passés sur la terre africaine.

    L'aventure n'était pas terminée.

    Le voyage fut fort mouvementé.

    Aprés différent engagements et prises de bateaux anglais, "le requin" arrive à Ajaccio pour y déposer ses prises. Il repart le 26 juillet, mais le 28 il est capturé par la frégate anglaise " La volage ". Le brick et ses prisonniers sont convoyés à Malte.

    Boutin détruit son dossier et toutes les lettres ministérielles compromettantes, à l'exception d'un petit carnet ou tout est porté en code.

    Le 24 aout, "le requin" arrive à Malte. Boutin profite de la première occasion pour s'échapper. Il trouve refuge chez un capitaine marchand ragusains le sieur de Radelia. Aprés être resté caché 15 jours, il embarque le 1 septembre sur le bateau que commande le sieur Pozzi, autre capitaine marchand ragusains.

    Boutin arrive à Paris le 29 octobre aprés un long périple à travers la méditerranée ( Smyrne,Constantinople...)

    C'est le jour même ou Napoléon quittait Paris pour aller rétablir en Espagne une situation gravement compromise par la capitulation de Baylen, le 20 juillet.

    Il ne devait renter à Paris que le 22 janvier pour faire face à une nouvelle coalition naissante.

    Boutin rentra chez lui et reconstitua en quelques semaines son rapport de reconnaissance, grâce aux notes contenues dans son fameux carnet et qu'il avait pu conserver malgré toutes ses aventures, grace surtout à sa prodigieuse mémoire.

    Ce compte-rendu qui est actuellement encore au Service Historique des Armées est d'une précision remarquable, émaillé de plans, de croquis et de carte d'une stupéfiante exactitude quand on considère les conditions dans lesquelles elles ont été établies.

    C'est en fait un véritable "ordre opérations" digne d'un officier opération d'état-major.

    Ce rapport comprend une description d'Alger et de ses environs, des forts et point fortifiés, des forces ennemies, de leurs armes, de leurs munitions, des troupes et du temps nécessaires à l'expédition, des ressources du pays, du climat, des populations et de certaines villes et itinéraires.

    Il précise qu'on devra débarquer à Sidi Feruch entre le 10 mai et le 10 juin, de là gravir le plateau et prendre le "chateau de l'empereur".

    Il détermine l'effectif du corps expéditionnaire: 35 à 40 000 hommes.

    Il donne toutes les précisions sur les résistances auxquelles on se heurtera, la conduite à tenir envers les populations: "Respecter scrupuleusement les moeurs et usages du pays"  (conseil qui ne sera pas appliquer en 1830)

    Enfin Boutin déconseille fortement une attaque directe sur le front de mer de la rade ou presque toutes les défenses sont concentrées, mais préconise, au moment du débarquement à Sidi Ferruch, une diversion par bombardement de la ville et des forts par les bâtiments de la marine.

    A l'époque ou l'empereur prend connaissance de de ce rapport, les évènements d'Europe ne lui permettent pas de donner suite à son projet. Reconnaissant la valeur du document, il fait classer le dossier aux archives du ministère.

    Il remercie Boutin en lui remettant un sabre d'honneur.

    Le rapport du commandant BOUTIN ne fut cependant pas inutile, il fut le principal, le plus précis et pour ainsi dire le seul document mis à la disposition du commandement français en juin 1830.

    plan-alger.jpg

    L'expedition d'Alger en 1830 se déroula ainsi:

    - Général de Bourmont, commandant en chef
    - Amiral Duperré, commandant la marine
    - Effectifs: 35 000 hommes
    - 14 juin 1830: débarquement des troupes sur la plage de Sidi Ferruch; pendant ce temps, l'amiral Duperré opère une diversion maritime en bombardant Alger;
    - 28 juin: bataille et conquète du plateau de Staouéli; marche d'approche sur Alger, bombardement du fort du chateau de l'Empereur qui saute le 5 juillet,
    - 6 juillet. Alger capitule, l'armée française y fait son entrée, soit en tout 20 jours de campagne.

    Les précisions de Boutin avaient été vérifiées; tout fut mené suivant ses plans et ses indications qui se révélèrent exacts sauf quelques petites erreurs secondaires, en particuliers sur l'estimation des altitudes.
     

    Cet article est extrait d'un ouvrage écrit par le Colonel ROCHE en 1983.

    Pour toutes info complémentaire consulter ces sites: 

      http://www.suite101.fr/content/breve-correspondance-entre-lady-stanhope-et-le-colonel-boutin-a15279

    http://cerclealgerianiste2607.fr/Chapitres/Site%20Internet%20Cercle%20National/www.cerclealgerianiste.asso.fr/contenu/Militaires301.htm

    http://lesapn.forumactif.fr/t2270-boutin-yves-vincent-colonel

    http://www.memoireafriquedunord.net/biog/biog03_boutin.htm

    http://www.alger-roi.net/Alger/armee_afrique/algerianiste19/textes/boutin.htm

     

     

    votre commentaire
  • cosaque-2.jpg

    Cette cavalerie propre à la Russie, n'avait pas son pareil pour les escarmouches, les raids et les missions de reconnaissances. Rapaces et sans pitié, les cosaques avaient une telle réputation que leur cri de guerre " HURRAH ! " pouvait jeter la panique dans des colonnes entières. Mais leur tactique de harcèlement n'est qu'en partie responsable, lors de la "retraite de Russie", de la destruction de la Grande Armée, qui fut surtout victime des privations et du froid. Descendant de hors-la-loi établis dans le sud de la Russie, les cosaques étaient commandés par leurs chefs de tribu et organisés suivant leur territoire. Montant de petits chevaux rustiques, leur endurance était légendaire. Wilson (un observateur anglais) notait qu'ils pouvaient parcourir des distances apparemment sans fin: " il n'y avait pas de cavalerie plus formidable lorsqu'elle était correctement dirigée". Wilson disait également  que les cosaques chargeaient en poussant un hurlement plus effrayant que le cri de guerre des sauvages du Canada. Et ils maniaient la lance, ce " jouet de leur petite enfance avec autant de dextérité que les plus habiles bretteurs utilisaient leurs sabres ". Mais il suffisait d'une troupe décidée à leur faire face sans se laisser intimider pour que les cosaques prissent la fuite comme une volée de moineaux. Les exemples abondent pendant la retraite de Russie de la Grande Armée.

    cosaque-1.jpg

    Extrait de soldats des guerres napoléoniennes ( The russian army of napoléonic wars infantery 1799-1814 ) - Auteurs/ Philip Haythornthwaite, Peter Hosfschroer

     

     

    votre commentaire
  • russe-1.jpgTout le monde connait la vieille garde de Napoléon et ses hauts faits d'armes mais qui a entendu parler au moins une fois dans sa vie de la garde impériale russe qui n'a rien à envier à la vieille garde française l'excellence de cette troupes faisait l'unanimité des étrangers, bien qu'elle eut souffert de la médiocrité des officiers Russes.


    WILSON écrivait: "il ne saurait exister un corps d'apparence plus noble et plus guerrier, et la simplicité de la tenue révèle pleinement le caractère et la contenance des hommes".
    Lady BURGERSH, notait que " la beauté de la garde était au-dessus de toute description. Le soin extrème des tenues et leur propreté sont rééllement magnifiques.Les gardes à pieds du tsar, tous soigneusement sélectionnés parmi les hommes les plus grands de Russie, sont les plus beaux de l'empire. Leurs manteaux sont rembourrés pour gonfler leur poitrine et élargir leurs épaules. Ils ressemblent à des statues".
    Et cette femme ajoutait à l'intention de son correspondant: "Ne croyez pas que j'éxagère, car chacun s'extasie sur eux."
    NAPOLEON lui meme disait: "Je suis surpris de la pécision et de l'assurance de cette infanterie...Une armée si bien disciplinée et d'une telle fermeté serait la première du monde si, à ces qualités s'ajoutait un peu de cet enthousiasme électrique des Français"

    Soldat du régiment Preobrajenski, 1801.

    russe-2.jpg

    L'infanterie de la garde était au départ composée de trois célèbres régiments: Preobrajenski, Semenovski et Izmailovski, dont les officiers, venus de la noblesse, n'étaient certainement pas plus compétents que ceux de la ligne. Un allemand, Von SHUBERT, note que s'ils étaient le point de mire dans les bals et autres évènements mondains, ils étaient plus remarquables par leur bonne éducation et leurs manières policées que par leurs qualités morales. Autant de caractères renforcés par la présence parmi eux d'un grand nombre d'émigrés des plus grandes familles de françaises servant en Russie.
    Tout imposants qu'ils pussent apparaitre, leurs habitudes n'en était pas moins déconcertantes. Lorsque la garde impériale offrit un banquet à son homologue Russe lors de l'entrevue de Tilsit, le sergent Coignet fut épouvanté de voir les hommes de la garde russe, officiers et soldats, déchirer la viande avec leurs mains, avaler de grandes coupes de vin en une seule lampée, et, incapable de terminer tous les plats présents sur la table, se faire vomir pour pouvoir recommencer: " Ainsi écrit COIGNET, faisaient-ils trois repas en un seul diner."
    De tel comportements faisaient que les autres nations européennes regardaient les Russes comme des etres tout juste a demi civilisés.

    A partir du mois de mars 1800, les chevaliers-gardes cessèrent d'etre le corps utilisés pour les cérémonies. Il l'avaient été depuis Pierre 1° le grand et devinrent un régiment de cuirassiers d'active. Les autres régiments des gardes du corps comprenaient les gardes à cheval, les hussards et les cosaques.
    Comme son équivalent de l'infanterie, la cavalerie de la garde faisait partie de l'élite de l'armée. Un anglais écrit: " Il y avait une énorme différence entre la base de l'armée russe et les gardes du tsar. Ces derniers sont soigneusement sélectionnés et rien ne peut leur etre supérieur...Les cuirassiers sont également grands et solides; ladiscipline et la tenue vestimentaire de ces hommes et vraiment imposantes."

    La cavalerie de la garde russe charge l'infanterie française russe3.jpg

    Extrait de soldats des guerres napoléoniennes ( The russian army of napoléonic wars infantery 1799-1814 ) - Auteurs/ Philip Haythornthwaite, Peter Hosfschroer.

     

     

    votre commentaire
  • LE CHOC DES CIVILISATIONS A LA VEILLE DE LA SIXIEME EXTINCTION


    .

    bombe-nuclaire.jpgArticle 2:  ( suite et fin ) LES EPREUVES
    Dans ce super KHO LANTA qui attend nos civilisations, il faudra identifier les risques et faire face aux menaces.

     

     

     

     

     

     

    LES RISQUES SONT:

       - une démographie mondiale galopante;
       - d'ordre moral et spirituel;
       - d'ordre économique et sociale;
       - les intérets vitaux et stratégiques.


    LES MENACES C'EST:

       - La prolifération des armes de destruction massive;
       - Le terrorisme lié aux conflits etniques ou religieux;
       - L'insécurité liée à la grande criminalité, à la drogue, aux groupes d'endoctrinements, aux organisations mafieuses, à l'immigration clandestine et à l'apparition de zones de non droit.
      - Les risques sanitaires accidentels ou provoqués.

     

     SEUL LE PLUS FORT SURVIVRA.

    CERTAINS L'ON COMPRIS ET S'ORGANISENT EN CONSEQUENCE ( armement, expansionisme...)

    Pour rester politiquement correct je n'en dirai pas plus....

     

     

    1 commentaire
  • LE CHOC DES CIVILISATIONS A LA VEILLE DE LA SIXIEME EXTINCTION


    Selon Earth Policy Institute, la planète connaît actuellement la sixième grande extinction de son histoire, la première à être causée par une des espèces qu'elle abrite. Si l'habitat continue d'etre détruit au meme rythme, la durée de vies des espèces devrait d'etre de 200 à 400 ans maxi, sauf évenement exceptionnel.

    Dans ce contexte les civilisations seront bientot confrontées à un super KHO LANTA

    article 1
    : présentation des candidats

    LA CIVILISATION OCCIDENTALE

    Elle est principalement implantée de part et d'autre de l'atlantique, en Europe occidentale et en Amérique du nord. D'autres rameaux se sont développés en Australie et en Nouvelle-Zélande 

    LA CIVILISATION LATINO AMERICAINE

    Elle recouvre tous les pays situés au sud des Etats-Unis 

    LA CIVILISATION AFRICAINE

    A fondement animiste, elle est dominante au sud du sahel. Elle peut se combiner avec des éléments de civilisation occidentale, notamment à travers la christianisation. En revanche, lorsque le monde négro-africain entre contact avec l'islam, ce dernier tend à l'emporter. 

    LA CIVILISATION ISLAMIQUE

    Elle recouvre les mondes arabe, turc, iranien et indonésien, ainsi qu'une partie des mondes indiens et africains. Sa forte démographie semble lui assurer un développement au-delà de ces limites au cours des prochaines décennies, notamment en Europe. 

    LA CIVILISATION ORTHODOXE

    Elle a survécu au communisme dans le monde Slave.

    LA CIVILISATION HINDOU
    Elle domine dans les états non musulmans du sous-continent indien

    LA CIVILISATION BOUDDHISTE

    Elle est prédominante dans les sociétés de l'Asie du Sud-est, sauf au Vietnam et en Indonésie. Elle est également implantée plus au nord, en Mongolie et au Tibet. 

    LA CIVILISATION JAPONAISE
    Et ses multiples dérivés présente l'originalité de n'exister que dans le cadre de l'état-nation japonais

    ( a suivre )

    Référence: Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale - cycle 1998-1999

     

     

    1 commentaire

  •  

    Sans-titre-1.jpgLes militaires obéissent a des exigences professionnelles qui leur sont propre, dont les principales sont la mobilite, la disponibilité et l'exposition aux risques.

    Les militaires ont-ils pour autant une vie familiale différente de celle du reste de la population ?

     

     

     

    LES EFFECTIFS: (Terre - air- mer)

    Hommes:  290 100
    Femmes:  49 300
    Le t
    aux de féminisation est passé de 9% en 2001 à 15% en 2009.

    Age moyen des militaires
    Hommes:  34 ans
    Femme:     30 ans

    LA FAMILLE

    Les hommes militaires sont plus souvent mariés que les les autres et se marient plus jeunes.

    Age moyen des mariés:
    26,5 ans pour les militaires
    31,5 ans pour les civils

    Les femmes militaires divorcent deux fois plus, en général entre 30 et 39 ans.

    Toutefois les familles monoparentales sont quasi inexistante parmi les militaires. 7% dans la population civile contre 3% au sein des armés.

    LA SITUATION DU CONJOINT

    68% des femmes de militaires ont un emploi alors que leur consoeur civile sont 77%. Les épouse de militaire sont plus souvent au chomage ( 9% contre 5%)

    LE LOGEMENT

    Les militaires sont moins souvent propriétaires de leur résidence pricipale que le reste des français (35% contre 55%). C'est essentiellement du à la mobilité géographique.

    Seul les gendarmes sont logés gratuitement et  8 gendarmes sur 10 profitent de cet avantage

    En conclusion, les conditions de vie des militaires sont proches de celles des français mais des différences persistent en terme d'emploi du conjoint et de logement.

    Référence: www.defense.gouv.fr/sga/a-la-une/enquete-sur-les-militaires-et-leur-famille

     

    1 commentaire
  • Un de mes enfants, accompagné de son épouse a fait une rencontre surprenante. Au détour d'un chemin, ils ont surpris et photographié un mamouth fort en colère d'etre dérangé... 

    Si d'aventure vous parcourez le massif du PILAT, soyez prudent... 

    elephant.JPG

     Etonnant n'est-ce pas, cet arbre mort ?

    Je suis à chaque fois étonné de rencontré un peu partout ou je passe des formes végétales ou géologiques surpenantes comme par exemple les chameaux de FAYA LARGEAU, les éléphants de DOUGA ou le pouce de L'ABOUTOUYOU.

    Mais je n'aurai jamais imaginé rencontré un éléphant dans le PYLA. éléphant1

     

    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires