•  
    "Vauban parait et bientot la France connait qu'elle possède le grand homme dont elle a besoin"
    ( Lazare Carnot, capitaine du corps royal du génie - 1784 )

     

    Sebastien-Leprestre-de-VAUBAN.jpg

    Samedi 1 mars ARTE lui consacre une émission, regardez la, vous ne serez pas déçu, car si tout le monde connait VAUBAN le fortificateur, savez qu'il était bien plus que cela. 
    Homme talentueux en tant que:
            - militaire

            - ingénieur
            - architecte
            - économiste
            - politique
            - stratège
            - fortificateur
           
    - urbaniste
      Il a été pendant prés d'un demi siècle la cheville ouvrière de la modernisation de la France voulue par Louis XIV. Mais ce travailleur infatigable était également un observateur attentif à la misère du peuple. Visionnaire il proposa une réforme fiscale et le recensement des populations. En vain...il fut disgracié.
     

     SA VIE: 

    Il est né à Saint léger de Fourcheret dans le Morvan en 1633, sous le règne de Louis XIII et il servira sous celui de Louis XIV.

    Sa famille est de ressource modeste mais patriote
    "Peu de famille ont versé plus de sang pour le pays: son père, deux de ses frères, son beau frère, deux de ses neveux, deux de ses oncles et onze cousins germains ou issus de germains furent tués ou moururent couverts de blessures..."
    Orphelin dés l'enfance et sans fortune, Vauban fut recueilli par Monsieur de Fontaines, prieur de Saint-Jean à Semur. Ce fut lui qui l'éleva, lui apprit la lecture, l'écriture, le calcul et quelques éléments de géométrie. Elevé au milieu de paysans, partageant les jeux et parfois leurs travaux, il acquit dans cette vie dure et active la force et la santé qui, dans la suite, lui permirent de soutenir tant de fatigues au cours de sa longue carrière. L'expérience qu'il acquit ainsi lui permit de recueillir les éléments de nombreuses études auxquelles il se livra par la suite.

    A 17 ans il s'échappa de Semur pour s'enrôler comme simple cadet dans le régiment du Prince de Condé, alors frondeur. En trois ans il acquit une certaine notoriété en se distinguant par des actes de bravoure. Capturé par un parti français, Mazarin l'invita a reprendre du service pour le roi.
    " Il participa à 48 sièges; aux 6 premiers, il servit en second sous le chevalier de Clerville; à tous les autres en chef, avec pleine autorité sur les troupes d'artillerie, les bombes, mineurs, sapeurs, etc...à ces sièges ou il a été si heureux que de 130 à 140 actions de vigueurs qui s'y sont faites, il n'en a manqué que deux."

    En 1656, le Maréchal de la Ferté disait de lui:

    "Si la guerre pouvait l'épargner, il parviendrait aux plus hautes dignités"

    Vauban fut blessé huit fois. Un coup de mousquet au siège de DOUAI en 1667 lui laissa la cicatrice que l'on voit sur sa joue gauche.

    Vauban sera commissaire général des fortifications en 1678, puis Maréchal de France en 1703. Il fortifia de nombreuses places frontieres, dont les fameuses villes en étoiles comme par exemple ROCROI dans les Ardennes. Il dirigea de nombreux sièges ( Lille en 1667, Namur en 1692...). Son œuvre militaire est marquée par la recherche constante de l'innovation et par un effort d'adaptation permanent, avec un principe: "la sueur épargne le sang". Il a rédigé un traité de défense des places (1706 ). Toutefois son prestige auprès du Roi-Soleil s'est entaché en raison de ses divergences sur la politique économique et sociale. Le 30 mars 1707, le maréchal de Vauban mourait dans les bras de son gendre Mesgrigny. Les obsèques, simple absoute, eurent lieu le 1 avril dans l'église Saint Roch.

    Peu avant il avait dit: "J'ai beaucoup reçu de la nature ; je dois beaucoup à la société ; il ne sera plus repos pour moi tant que je pourrai servir l'Etat ".

    LE MILITAIRE

    " Son histoire devient une parte de l'histoire de France " - Fontenelle.

     Le maréchal de VAUBAN, d'abord fantassin, passagèrement cavalier, étudia l'armement de l'infanterie, l'emploi et le matériel de l'artillerie et surtout fonda le génie.

    Il réorganisa l'armée en:
    - créant un service à court terme, la conscription;
    - recrutant les officiers parmi la noblesse, la bourgeoisie et meme dans la troupe. Avancement au choix;
    - s'occupant de la solde et de la nourriture des soldats;
    - dotant les fantassins d'un fusil plus court muni d'une baïonnette;
    - modernisant les affuts de canon et en remplaçant les tubes de bronze par des tubes en fer;
    - créant des unités de sapeurs et de mineurs permanent.

     L'INGENIEUR

    Son expérience du métier de constructeur fait de lui un maitre des travaux publics.
    Exemple: L'aqueduc de Maintenon
    En 1668 Versailles manquait d'eau pour le palais, les habitations et surtout les fontaines qu'il était alors seulement question de construire.

    On décida de prélever dans L'Eure l'eau nécessaire et de la conduire jusqu'à Versailles, à 80 kilomètres de là. Le tracé coupait la vallée de l'Eure à Maintenon. Une controverse s'éleva entre Vauban, partisan du franchissement de la vallée par un siphon (solution moderne) et Louvois partisan d'un aqueduc. Le débat donna lieu à un échange de lettres peu courtoises. Une solution intermédiaire fut adoptée, mais les travaux n'eurent jamais lieu en raison d'une guerre imminente.

     L'ARCHITECTE

    Dans les villes fortifiées, Vauban fut amené à réaliser des bâtiments militaires, des constructions civiles et des églises.
    Ont peut citer par exemples:
            - les portes de Paris à Lille;
            - les églises de Mont dauphin, Briançon, Neuf Brisach;
            - l'agrandissement du château d'Ussé;
            - l'apport artistique de Vauban dans toutes ses constructions.

    L'ECONOMISTE

    L'amour de la nature et de l'homme, la profonde connaissance du pays conduisirent  Vauban à l'étude des problèmes économiques.
    C'est ainsi qu'il rassembla dans les " Oisivetés " quantité d'études, résultats de ses réflexions et de ses observations, en particulier:
            - la culture des forets;
            - l'élection de Vezelay;
            - le navigation sur les rivières;
            - l'irrigation des terres par le moyen des rivières;
            - projet d'une dixme royale, etc....

    Avant de quitter ce chapitre sur l'économie une allusion a un de ses mémoire "Moyen de rétablir nos colonies de l'Amérique " ou dans un tableau des effectif successifs de la population du Canada de 30 en 30 ans, il prédit pour 1970: 25 600 000 habitants. Pour info: 20 millions en 1966, 34 millions de nos jours. Pour l'anecdote Voltaire comparait le Canada à quelques arpents de neige sans interêt...

    LE POLITIQUE

    Latitude de Vauban dans le domaine politique fut souvent très mal interprétée par les dirigeants de son époque.

    Catholique fervent, il prit cependant la défense des Huguenots en 1869.Ce qui lui valu un rappel à l'ordre de Mme de Maintenon et de Louvois.

    En février 1695, Il rédigea un "projet de capitation", un impôt sur le revenu qui fut d'ailleurs établi la même année sur des bases très voisines de celles qui étaient énoncées dans le projet. Ce projet était un premier jet de son œuvre maitresse dans ce domaine: "Le projet d'une dixme royale" qui avait pour but essentiel l'amélioration de la condition économique du peuple de France écrasé d'impots. Son système était proche de celui que nous connaissons aujourd'hui.

    Imprimé sans l'autorisation du roi, cet ouvrage fit de Vauban un rebelle. Il fut disgracié en 1707, année de sa mort.

    Il défendit également guerre de course en écrivant : "Le mémoire concernant la caprerie, la course". Dans cet ouvrage il s'efforce de prouver que la guerre de course est le seul moyen de réduire l'Angleterre à merci. Surcouf bien plus tard partagera également cet avis, lui aussi en vain.

    LE STRATEGE

    Vauban par ses compétences interarmées était apte à saisir les problèmes stratégiques. Il en fournit la preuve dans deux ouvrages:
            - de l'importance dont Paris est à la France, en 1689
            - places dont le roi pourrait se défaire.

    Il exerça des commandements sur les cotes en Bretagne et en Flandre, ou il disposa des escadres toujours pretes à intervenir. A chaque fois les incursions ennemies furent repoussées avec succès.

    Carnot (Lazare Carnot, contemporain de napoléon) écrira l'éloge de Vauban en 1784: " il crée l'art des fortifications isolées ...les fait concourir à la défense générale du Royaume...il considère l'Etat entier comme une grande place fortifiée, fait régner enfin dans le système général cette économie des forces, cet accord étonnant dont il était seul capable de former le projet et de l'exécuter ".

    Saint-Simon écrira dans ses mémoires:
    " Le plus savant homme dans l'art des sièges et de la fortification et le plus avare ménager de la vie des hommes ".

    Quand à Vauban il a écrit:
    " Brulons plus de poudre et épargnons le sang ".

    LE PRENEUR DE VILLE

    Il faudra attende 1705 pour lire dans " Traité d'attaque des places " les principes qu'appliquait Vauban et dont voici quelques uns toujours d'actualité:
            - unité de commandement,
            - reconnaissances poussées,
            - secret des opérations,
            - attaque toujours par le point le plus faible,
            - ne pas embarrasser les tranchées et communications.

    Depuis l'époque où ils ont été posés, ces principes se sont vérifiés jusqu'au temps modernes.

    Sébastopol, Saragosse, La Champagne, Verdun, Stalingrad, Dien Bien Phu en sont les témoins.

    vauban-.jpg

    LE FORTIFICATEUR

    "Les places de Vauban sont des monuments de paix à qui la France a du plusieurs fois son salut. Le gouvernement ne doit pas avoir une plus grande sollicitude que les entretenir "
    (Lazare Carnot - 1788 )

    Vauban fortifia plus de 160 places fortes terrestres et maritimes. Quasiment toutes nos villes frontières portent la marque de VAUBAN, dont les plus célèbres, Dunkerque, Toulon, fort boyard, Collioure, Rocroi, Neuf breisach, etc....

    Vauban a fait la synthèse des œuvres de ses prédécesseurs et en a tiré une doctrine personnelle et ses applications sur le terrain en n'oubliant jamais le principe enoncé par lui même:
    " L'art de fortifier ne consiste pas dans des règles et dans des systèmes, mais uniquement dans le bon sens et dans l'expérience ".

    Les citadelles réalisées par Vauban ont survécu comme ses principes. Sur certaines d'entre elles les allemands ont buté:
            - en 1870 pendant deux mois à Strasbourg, pendant deux mois à Belfort
            - en 1914 pendant deux semaines à Longwy

    Si vous voulait avoir une idée de l'ampleur de ses travaux, allez visiter le " musée des plans-relief " situé dans l'Hôtel Nationale des Invalides à Paris.

    vauban.jpg

    L'URBANISTE

    Vauban fut un véritable urbaniste " qui aménage et qui embellit ". L'aménagement de Neuf-Brisach en est un témoignage éclatant: l'église domine la place centrale ou est concentrée la vie administrative et économique. Les casernes sont à la périphérie. Les rues sont perpendiculaires les unes aux autres, système moderne par excellence, utilisé à New-York par exemple.

    Vauban recherchait les embellissements. A Louvois qui lui reprochait des dépenses dans ce but, il écrira être pret à les payer lui-même tant il les estime indispensables.

    vauban-neuf-brisach.jpg

     

    Chacun des sites crées par Vauban vaut une visite...  

    N'HESITEZ PAS

     et surtout ne ratez pas le docu-fiction VAUBAN

     samedi 1 mars sur ARTE à 20h45

     

    LA SUEUR EPARGNE LE SANG

     

     

     

    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires