• LE BRICK


    De l'anglais "brig". Au XVIII° siècle on dit "brique".

    Navire à voiles de petit tonnage, à deux mats carrée et gréant en cacatois et bonnettes. C'est le plus petit des grands voiliers de commerce à voiles carrées sur 2 mats.

    Brick USS Niagara
    brig-uss-niagara.jpg
    Au XIX° siècle, une grande partie du cabotage de l'Atlantique et de la Méditerranée est assurée par ces puissants navires en bois jusqu'à la première Guerre mondiale.

    Un brick typique mesure environ 30m de longueur, pour une largeur de 7,30m. Malgré un faible tonnage qui dépasse rarement les 300 tonneaux, il porte une voilure imposante composée de 13 ou 14 voiles : grand foc, petit foc, faux foc sur beaupré ; misaine, petit hunier fixe, petit hunier volant, grand perroquet, grand cacatois sur le grand mat ; voile à corne appelée brigantine à l'arrière du grand mat pour équilibrer les focs. Le grand mat est déplacé vers l'arrière de la quille par rapport celui du brique à partir du XVIII° siècle. On désignait les bricks de guerre par leur nombre de canons.

    C'est sur ce type de navire ( le brick "le héron" ), que le jeune Surcouf entre en matelotage à l'age de 13 ans

    Rapide et très manœuvrant, il fut souvent utilisé par les pirates, tout comme le Brigantin. Les bricks de guerre sont rangés en plusieurs classes :

         - Brick-aviso : fin, léger, bon voilier, destiné à transmettre des ordres d'un amiral ou pour des missions urgentes. 
         - Cannonières-Brick : Destinée à l'escorte de convois.

    Pour le commerce, on a utilisé des types dérivés, dont les deux principaux sont :

         - Le brick-senau a le même gréement, mais la brigantine se hisse sur une baguette (mâtereau dressé juste derrière le grand-mât, entre la hune et le pont) de manière à ne pas gêner la manoeuvre de la grand-voile carrée. 
     
         - Le brick-goélette possède un mât de misaine gréé carré, mais le grand-mât ne porte qu'une brigantine, surmontée d'un flèche.

    Brick-goelette
     brick-goelette.jpg
    Les bricks, quel que soit leur type, établissaient des voiles d'étai entre leurs mâts

    "Hola, moussailon on largue les amarres !!!"  "Cest parti Papy !!!!"
    brig-maquette.jpg

     
    « Robert SURCOUF: Analyse chronologique de son époque.LANGAGE DE MARINE »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 2 Mars 2010 à 12:00
    de superbe voilier, ce que j'aime chez les voiliers, c'est leur silanse rejane
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :