• LE SOLEIL D'AUSTERLITZ

    Un petit vent glacé se glisse sous la tente de l'empereur.
    02 décembre 1805, 5h00 du matin.
    La tenture s'ouvre, LANNES, DAVOUT, MURAT, BERNADOTTE, BERTHIER et SOULT, entrent un par un et saluent l'empereur.

    Napoléon donne ses toutes dernières instructions:
       - LANNES, tenir le Santon sur l'aile gauche avec BERNADOTTE en retrait et MURAT sur la droite.
       - SOULT vous resterez  avec moi, mais votre 4° corps se mettra en ligne sur la rive orientale du Golbach (un cours d'eau) prêt à partir à l'assaut des hauteurs de Pratzen et à occuper le centre du dispositif ennemi.
       - DAVOUT en mesure de renforcer l'extrême droite du dispositif.
       - La garde impériale et les réserves avec moi. 

    Chez les alliés c'est beaucoup plus complexe.
       - L'effort principale sera supporté par le général russe BUXHOEDEN, commandant l'aile gauche, qui attaquera la droite française. Mission couper la route de VIENNE et repousser les français vers le nord.
       - Une attaque secondaire, conduite par le général BAGRATION, se portera contre la colline  de Santon sur l'aile gauche des troupes françaises.
     Ce plan est jugé hasardeux par le comte LANGERON, un émigré français, car cela équivaut à dégarnir le plateau de Pratzen. Il n'en sera tenu aucun compte.
       - La garde impériale Russe formera une réserve centrale prés du village d'Austerlitz.

    C'est exactement ce que Napoléon espère.

    La mise en place de ces mouvements complexes sera rendue encore plus difficile par un brouillard épais.
    Après beaucoup de confusion et d'hésitation le général BUXHOEDEN lance son attaque forçant les Français à céder du terrain.
    Dupés par la manœuvre les alliés franchissent la rive gauche du Golbach.
    Soudain, 6 régiments de dragons et DAVOUT à la tete de la 3° brigade et de la 2° division repoussent brutalement les alliés.
    10h00 du matinTelnitz et Sokolnitz, ainsi que toute la ligne du Golbach sont aux mains des français.
    11 000 hommes ont défait 50 000 alliés.

    Plus tôt dans la matinée, alors que le brouillard commençait à se dissiper, le plateau de Pratzen était apparu dans la lunette de l'empereur.
    L'empereur avait vu clairement l'ennemi effectuer un mouvement vers le sud et vers les vallées, dégarnissant obligeamment son centre pour exécuter son gigantesque mouvement contre l'aile droite française.

    09h00, il donne l'ordre à SOULT resté prés de lui de monter à l'assaut du plateau de Pratzen.
    Au même moment, le cercle rouge du soleil d'hiver apparu, illuminant de ses rayons la plaine et les hauteurs.
     Le
    "soleil d'Austerlitz"

    La bataille durera jusqu'à 16h00, mais les nombreux actes de bravoure des alliés ne pourront rien contre le génie militaire d'un homme admiré ou détesté.

    Bilan de la bataille:

    coté français:
       - 1 300 tuées et 7 000 blessés.
    coté alliés:
       - 15 000 tués ou blessés et 20 000 prisonniers

    Napoléon aurait pu faire prisonnier le TSAR, il le laissât repartir ainsi que les prisonnier de la garde impériale russe. 

    Les semaines qui suivirent le traité de PRESBOURG était signé:
       - L'Autriche cédait Venise à la France
       - Le Tyrol et plusieurs territoires alpins étaient accordés à la Bavière et le Duc de Wurtemberg recevait la Souabe.

    La troisième coalition montée par les anglais était morte.




     
    « VACANCES INSOLITES. SE BAIGNER AVEC LES TORTUES.MAYOTTE. OPERATION BOUCARO »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 18 Août 2009 à 12:00
    Des batailles, des guerres... des empires qui vacillent, se fond, s'écroulent
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :