• LA LEGENDE DES DAUPHINS
     
     

    Il était une fois un polynésien. Depuis la mort de sa femme, ses six enfants étaient ce qui lui paraissait le plus important dans sa vie, et il passait son temps avec eux.

     

    Un jour, il décide d'aller avec eux pêcher dans le lagon. Ensemble, ils ramassent des "pahua, ma, vana" (burgaus et oursins), et ils pêchent quelques poissons, des "paihere, roi, hi" et "ume" (carangue, loche, rouget et nason).

     

    Content de la journée, le papa propose un concours de plongée aux enfants : le gagnant aura la plus grosse portion de "Poe" au repas du soir.

     

    Les six enfants plongent ensemble hors du bateau. Le papa commence à compter les secondes :

     

    - hoê, piti, toru, maha ... (un, deux, trois, quatre...).

     

    Il est très fier de ses enfants :

     

    - Mes enfants sont les meilleurs, ils sont tous de bons plongeurs !

     

    Mais il attend si longtemps qu'il commence à s'inquiéter… Il a maintenant très peur pour ses enfants:

     

    - Ah! Mes enfants, où êtes-vous? Vous restez trop longtemps dans l'eau !

     

    Et désespéré, il se jette dans le fond de son bateau ; il pleure parce qu'il est impossible aux humains de rester si longtemps sous l'eau, ils sont sûrement noyés.

     

    Il se sent mourir de douleur, quand, soudain, six animaux qu'il n'a encore jamais vus jaillissent hors de l'eau ! Ils font des vrilles, "taviriviri", et ils retombent dans l'eau avec de gros plouf. Ils nagent autrement que les poissons, et ils viennent respirer de l'air à la surface de la mer.

     

    Ils ont de grands sourires sur leur bec, et ils jouent gaiement devant lui ... Brusquement, il comprend que ces animaux sont ses propres enfants, qui se sont transformés.

     

    Les humains ne peuvent pas rester sous l'eau de nombreuses minutes, mais ses enfants sont devenus ces animaux marins, et ils le peuvent.

     

    Et parce qu'ils étaient humains auparavant, ils aiment les hommes.

     

    C'est pourquoi, aujourd'hui encore, ils les aiment et veulent jouer avec eux, rester auprès d'eux, leur donner un peu de joie.

     

    Ils sont les dauphins, "te mau ôuà"



     

    1 commentaire

  • LES TOURNOIS


    Le tournoi est un jeu de guerre, il serait apparu chez les Normands au XI° siècle.


    Au XII° siècle le tournoi oppose des bandes de chevaliers qui ont été engagé par un mentor. Ils sont organisés par des entrepreneurs de tournois ou faisaient suite à un défi ou une provocation.


    Les bandes s'affrontent ne terrain neutre, c'est à dire à la frontière de deux seigneuries ou comtés. L'affrontement dure plusieurs jours en rase campagne. On se cherche, on se poursuit, on tend des embuscades et l'on se bat enfin dans une mêlée confuse. Le but est de s'emparer des armes et du cheval de l'adversaire, soit en faisant prisonnier et parfois en le tuant. Des refuges permettent aux chevaliers de reprendre des forces.


    Le tournoi est un spectacle ou le public encourage son équipe. Sont aussi présent les vendeurs de friandises et de boissons; Les jongleurs et acrobates amusent les gens. Les tavernes font le plein.

    LA CHEVALERIE

    La guerre au moyen age
    Un homme, un cheval des armes
    Le cheval
    La lance et l'épée
    La brogn et le haubert
    La quintaine
    Le tournoi
    Les joutes

     

    1 commentaire



  • RENÉ DESCARTES : Pour aller de l'autre côté.

    MARTIN LUTHER KING JR.
    : J'ai la vision d'un monde où tous les poulets seraient libres de traverser la route sans avoir à justifier leur acte.

    SIGMUND FREUD : Le fait que vous vous préoccupiez du fait que le poulet ait traversé la route révèle votre fort sentiment d'insécurité sexuelle latente.

    EINSTEIN : Le fait que ce soit le poulet qui traverse la route ou que ce soit la route qui se meuve sous le poulet dépend uniquement de votre référentiel.

    JEAN-CLAUDE VANDAMME : Le poulet la road il la traverse parce qu'il sait qu'il la traverse, tu vois la route c'est sa vie et sa mort, la route c'est Dieu c'est tout le potentiel de sa vie, et moi Jean Claude Super Star quand je me couche dans Timecop ; quand le truck arrive je pense à la poule et a Dieu et je fusionne avec tout le potentiel de la life de la road! Et ça c'est beau

    GALILEE : Et pourtant, il traverse.

    ERIC CANTONA : Le poulet, il est libre le poulet. Les routes, quand il veut il les traverse.



     

    1 commentaire
  • Linus Carl Pauling,
    né le
    28 février 1901 et mort le 19 août 1994, était un chimiste et physicien américain



    Les recherches effectuées par Pauling sur la vitamine C génèrent des controverses. Lorsqu'il découvre le concept de cures de vitamine C à hautes doses développé par le biochimiste Irwin Stone en 1966, il commence à en prendre plusieurs grammes par jour en plusieurs prises en prévention des rhumes. Enthousiasmé par les résultats, il s'intéresse à la littérature du domaine et publie Vitamin C and the Common Cold en 1970. En 1971, il débute une longue collaboration avec le cancérologue britannique Ewan Cameron au sujet de l'utilisation de la vitamine C en injection intraveineuse ou par voie orale pour le soin de malades du cancer en phase terminale. Cameron et Pauling écrivent de nombreuses publications ainsi qu'un livre de vulgarisation Vitamine C et cancer qui décrivent leurs observations. Malgré des résultats qui semblent favorables, la campagne de publicités négatives menée à son encontre sape la crédibilité de Pauling et de ses travaux sur la vitamine C pour de nombreuses années.
    Il collabore tout de même ensuite avec le physicien canadien
    Abram Hoffer sur un régime incluant de la vitamine C à haute dose comme traitement d'appoint du cancer.

    De fait, Pauling est le promoteur de l'idée selon laquelle des doses élevées et étalées dans le temps de
    vitamine C seraient efficaces contre les rhumes et autres maladies, ce qui est encore controversé de nos jours (QuackWatch], Plos, WebMD).

    Les injections de
    vitamine C par voie intraveineuse pourrait avoir un effet positif pour le traitement de certaines formes de cancer], ce qui reste encore controversé.

    Des études cliniques sont en cours à l'heure actuelle pour tenter de déterminer les effets exacts.


     

    1 commentaire


  • LES HUSSARDS DE NAPOLEON

    Le général comte
    Antoine Charles de LASSALLE 

              Le 6 juillet 1809, au soir de la bataille finissante, le feu cesse de part et d'autre sur la plaine de WAGRAM. Les autrichiens ont cédé devant la Grande Armée. Epuisées par deux journées de combats féroces, les troupes françaises s'écroulent sur le terrain qu'elles viennent de conquérir.

              A la lueur des incendies qui dévorent les villages proches du champ de bataille, un cavalier vêtu d'un dolman richement brodé remarque comme animées par les flammes, des mitres de cuivre. Ce sont celles des grenadiers d'un régiment autrichien qui tente d'échapper au désastre.

              Ce cavalier n'est pas homme à faire de quartier à l'ennemi tant que l'ordre de cesser le combat ne lui a pas été signifié.

              D'un seul regard alentour, il saisit la situation: s'il peut encore tout demander à ses hommes, leurs chevaux, éreintés par deux jours de galopades dans les blés hauts, les flancs lacérés par les coups d'éperon, ne pourront plus fournir une seule charge.

              Un autre éclair accroche alors son regard. Il vient de jaillir du 1° régiment de cuirassier tout proche. En quelques bonds de son cheval, il atteint le régiment immobile : « Cuirassiers, au galop derrière moi ! », et, sans retourner, s'élance. Bruissement d'acier. Contraste du dolman et de la pelisse chamarrée du cavalier léger sur les cuirasses aux reflets froids des cavaliers lourds.

     

              Les grenadiers autrichiens ont fait face. L'un deux ajuste la silhouette qui caracole en tête des cavaliers français et tire. L'officier au dolman écarlate glisse doucement au bas de son cheval.

              Trente six jours après le maréchal LANNES, duc de Montebello, mort le 31 mai des suites des blessures reçues à la bataille d'ESSLING, le général comte Antoine Charles de LASSALLE, le hussard de toutes les audaces, et de toutes les folies raisonnées, celui qui avait dit un jour : « Tout hussard qui n'est pas mort à trente ans est un jean foutre », vient de tomber d'une balle au front, ne passant que de quatre ans le terme qu'il avait lui-même fixé à sa chevauchée fantastique.


     

    1 commentaire

  • LES GRADES  (aux alentours de l'an -100)

    Les grades dans les armées romaines moins nombreux que dans les armées modernes, toutefois il existe une certaine similitude. Ces grades ont sensiblement évolué tout au long du règne romain.

    LE CONSUL
    :   
    commandant de l'armée (plusieurs légions)

    LE LEGATUS:
     
    adjoint au commandant de l'armée, peut ponctuellement commander la cavalerie ou une légion.

    LES TRIBUNS

         - 1 tribun commande 10 centuries
         - 6 tribuns par légion
         - ils commandent par roulement la légion.  
         - certains sont nommés et d'autres sont élus
      

    LES CENTURIONS:
     
    1 centurione commande une centurie
    les centurions sont hierarchisés en fonction de leur place dans la cohorte

         - pilu prior
    , commandant la 1° centurie
         - princerp prior, commandant la 2° centurie
         - hastatu prior, commandant la 3° centurie
         - pilu posterior, commandnt la 4° centurie
         - princep posterior, commandant la 5° centurie
         - hastatu posterior, commandant la 6° centurie


    LES SOUS-OFFICIERS
    Optione, équivalent adjudant, adjudant-chef (il y en à 1 par centurie)

         - Signiferi,
    porte drapeau
         - Tesserarius, sergent chef
         - Campidoctores, instructeurs
         - Pecuarii, responsable des subsistances





     

    1 commentaire


  • LA LEGION ROMAINE


    Parler de l'organisation de l'armée est trés compliqué, car un officier supérieur comtemporain de Jules César se plaignait des nombreuses réformes qu'ils avait connues. A notre époque en France c'est toujours d'actualité. J'ai connu en 33 ans 5 à 7 réformes importantes. L'armée de terre est passé des brigades aux divisions puis de nouveau aux brigades, sans parler des expérimentaions incessantes d'unité qui se créaient et disparaissaient en fonction des besoins.


    Je me contenterai donc de montrer l'organisation d'une LEGION au alentour de l'an - 100. Les évolutions futures concerneront essentiellement les effectifs, la cavalerie, le génie et l'artillerie.

    1 LEGION 

         - 10 cohortes   ( 6000 hommes )
         - 1 peloton de cavalerie  ( 300 cavaliers )

    1 COHORTE
      (600 hommes)

        - 3 manipules

         - la "hastati" (les plus jeunes)
         - la "principes"
         - la "triari"    (les plus vieux)



    1 MANIPULE
      (200 hommes)

       
    - 2 centuries

    La manipule est le plus petit niveau tactique.(manoeuvre face à un adversaire)



    1 CENTURIE (100 hommes)


    LE PELOTON DE CAVALERIE

       - 30 turma de 10 cavaliers




     

    votre commentaire




  • La course de pneu, sport national de tous les gamins de Mayotte.


    Le jeu consiste à pousser un vieux pneu à l'aide de deux batons, après avoir graissé abondamment l'intérieur du pneu. L'exercice n'est pas évident et demande un minimum d'entrainement.

    La course de pneu fait partie d'une épreuve par équipe lors du MAHORAID (raid par équipe sur 3 jours: 4 équipiers, 4 disciplines, 6 épreuves)


     

    votre commentaire

  •             LES COSTUMES TRADITIONNELS

     



    Ils existe plusieurs types de costumes traditionnels, mais je n'en connais que trois, le shimisi dont le nom vient du mot chemise, est le sous-vètement le plus valorisé. Le saluva que l'on peut traduire par pagne de femme. Le shiromani qui est une piece de tissu imprimée en six mouchoirs, aux motifs rouges, marrons ou noirs, cousus en vètement de dessus pour les femmes. Il est surtout porté par les femmes anjouanaises.


    Les femmes portent également sur l'épaule ou sur la tete une sorte de chale dont le nom m'échappe, mais je finirai bien par le rattraper un de ces jours.








     

    1 commentaire

  • paysage-d-hiver2.jpg

     

    1 commentaire


  • Avec le système des cinq éléments, la licorne est associée aux quatre animaux bénéfiques, à savoir le dragon azur, l'oiseau vermillon, le tigre blanc et la tortue noire.

    Elle est censé vivre mille ans et apparait lors de la naissance des empereurs et des grands sages.

    Elles symbolise le  bonheur d'avoir des enfants

     

    1 commentaire

  • DEBACLE EN GERMANIE


    Foret de Germanie, automne de l'an IX. Il pleut. Froid et humidité sévissent. Les colonnes romaines avancent avec difficulté. Les armures, la boue alourdissent la marche. Soudain des hurlements transpercent les bois. Une horde de barbare, légèrement vêtu, s'abat sur la colonne. La surprise est totale. Impossible d'organiser une défense cohérente. Le combat ne dure que quelques minutes. La horde disparaît. La colonne romaine est décimée. Les survivants s'enfuient terrorisés.


    C'était il y a 2000 ans. La bataille de TEUTOBURG vient de commencer.


    Les Chérusques, les Marses, les Chattes et les Bructères sous le commandement d'ARMINIUS viennent de tendre une embuscade à l'armée romaine qui comprenait les XVII°, XVIII° et XIX° légions ainsi que trois détachement de cavalerie et six cohortes d'auxiliaires, au total 25 à 30 000 hommes, commandé par VARUS. Ce fut pour les romains un désastre sans précédent. Après trois jours de combat: 15 000 légionnaires tués et des centaines de prisonniers. 


    ARMINIUS
    était le fils d'un chef de guerre Chérusque. Emmenait à Rome comme otage dés son plus jeune âge, il deviendra membre de l'ordre équestre. En l'an IV avant JC il fera preuve de bravoure à l'occasion des guerres de Pannonie, dans la péninsule balkanique. De retour en Germanie vers l'an VI, il deviendra l'homme de confiance du gouverneur VARUS, tout en fomentant en secret une rébellion. Après avoir réussi l'exploit d'unifier les tribus germaines, il entraînera trois légions romaines dans un piège inextricable.



    Cavalier romain dont on a retrouvé le masque sur le lieu des fouilles archéologique . 


    1 commentaire
  •  
     Vois Ta Tristesse Valeureux TonTon

     

    1 commentaire
  • LES ANECDOTES INSOLITES DE LA CAMPAGNE DU MEXIQUE CONDUITE PAR CORTES

    .
    L'entretien qui suit se déroulait, le 24 septembre 1519, aux abords de la ville de TLAXCALA entre CORTES et les deux principaux caciques tlascaltèques MACEESCACI et XICOTANGA (le vieux).

    Caciques (en espagnol) = Tecuhtli (en nahuatl, langue aztèque) 

    MACEESCACI:
    "...dans les temps anciens nos aïeux avaient vécu au milieu d'hommes et de femmes d'une stature très élevée, possédant des os d'une grande longueur; comme d'ailleurs ils étaient fort méchants et avaient de mauvaises habitudes, on en fit périr la majeure partie dans les combats et ceux qui restèrent finir par s'éteindre"

    Pour prouver ses dires il fit présenter un fémur d'homme de cette race.

    .
    BERNARD DIAZ : "...Il était très gros et sa longueur dénotait un homme de haute stature. Il était bien conservé depuis le genou jusqu'à la hanche; je le mesurai sur moi et je reconnus qu'il représentait ma taille, qui est des plus avantagé..."

    Les indiens apportèrent d'autres fragments d'os, mais ils étaient déjà rongés et défaits.

    BERNARD DIAZ
    :
    "...Nous restâmes d'ailleurs fort surpris à leur vue et fumes convaincus que ce pays avait était habité par des géants..."

    Par la suite CORTEZ fit envoyer ce grand os en Castille, par l'intermédiaire des premiers commissaires qui firent le voyage.

     

    votre commentaire
  •  

    1 commentaire


  • Au carrefour maritime de l'océan indien, l'histoire mouvementé de Mayotte à provoqué un métissage des hommes et des cultures. La population de Mayotte explose ce qui ne sera sans inccident sur le futur. Le taux de natilité est trés élevé. Environ 60% de la population à moins de 20 ans. La population estimée à ce jour dépasserait les 160 000 habitants.

    La population est musulmane à 98% de tradition sunnite. L'isalm mahorais est un islam tolérant.

    MAYOTTE est un exemple pour la Métropole et les Antilles.
    Pour qui en accepte les règles, ethnies, traditions, croyances et modernisme cohabitent  en harmonies.

     

    votre commentaire
  • Mayotte fait partie intégrante des quatre iles de l'archipel des Comores qui forment un arc au nord du canal du Mozambique entre la Tanzanie et Madagascar.

    Elle est située à 10 000 km de la métropole, 1 500 km de la réunion et 400 km de Madagascar.

    Située au centre d'un lagon de 1100 km² elle se compose de deux iles principales et d'une vingtaine d'ilots. Grande terre d'une supercie de 360 km², dont son plus haut sommet, le mont bénara culmine à 660m. Petite terre en est séparé par un bras de mer large de 2 km. elle est caractérisée par le rocher de Dzaoudzi et le lac Dzani cratère inondé d'origine volanique.

    Son climat est de type tropical maritime et ses écarts de température y son faible, 28° en janvier et 24° en aout.

     

    votre commentaire
  •  

    votre commentaire
  •  

    votre commentaire
  • Les premiers occupants, arrivés au VIII° siècle seraient d'origine Banthou et indonésienne. Ils auraient été rejoint au X° siècle par les Swahili.

    Le XII° siècle voit l'arrivée des Shiraziens islamiques pour qui le canal du Mozambique se révèle etre une importante zone commerciale mais également un florissant marché aux esclaves. La culture arabo-islamique imprègne désormais profondément le mode de vie des mahorais.

    Au XVI° siècle la piraterie fait rage avec l'arrivée des portugais.

    Le XVIII° siècle est le témoin d'inscursions malgaches de plus en plus nombreuses.

    Vers 1820, le prince malgache ANDRIANTSOULI se proclame souverain de Mayotte. En 1841 il demande le rattachement à la France.

    En 1851 l'ile compte 7000 habitant. Les colons font surtout appel à la main d'oeuvre Anjouanaise.

    La crise sucrière atteint Mayotte de plein fouet en 1880. Dix huit ans plus tard la canne à sucre disparaitra de Mayotte.

    1912 voit la fin du protectorat français et le début du "territoire d'autonomie interne".

    De 1912 à 1946 l'archipel est sous la dépendance administrative du territoire de Madagascar et des Comores.

    En 1946 les Comores deviennent territoires d'outre mer.

    Le 22 décembre 1974 les Compores se prononcent pour l'indépendance, à l'exception de Mayotte qui souhaite rester française.

    En 1976 Mayotte confirme son choix et devient collectivité territoriale à statut particulier.

    En mars 2009, Mayotte vote à une écrasante majorité son rattachement à la France en tant que département.

     

    votre commentaire
  • LES MUSULMANS
     
    An 612, MAHOMET, dans l'Arabie désertique reçoit la parole de Dieu révélée à un homme, transmise par l'Ange GABRIEL. Aprés ABRAHAM, MOISE et JESUS, MAHOMET est le dernier prophète qui dans la langue des sables, l'Arabe fera du CORAN la récitation de la parole divine : soumission à Dieu dans son interprétation temporelle et spirituelle.

         Connaissant bien le Judaisme et le Christianisme
      MAHOMET tente de rénover à sa façon le sens de la vraie foi monothéiste. Les révélations le réconfortent dans l'obéissance à ALLAH, le sens du jugement dernier et l'abandon de soi à la volonté divine.

         Mal perçu par les notables de la MECQUE mais bien entendu par les petites gens qui voient dans son message une allure de révolte sociale, MAHOMET et les siens fuient et à leur tour affrontent les dangers du désert. C'est l'EGIRE.
     
          Arrivé à MEDINE en 622, il prend la ville en main et en devient le chef politique et religieux.
     
    Commence alors le début de l'Ere musulmane
     
    qui très vite s'impose, s'affirme, conquiert. A la mort du prophète MAHOMET en 632, on assiste aux querelles internes de succession et de discorde sur des points théologiques.

         ALI, gendre de MAHOMET et élevé par lui, semble détenir la légitimité puisqu'il détient aussi le "sens caché" de la révélation.

         Habillées dans un discours religieux, les querelles entre la OUMA (communauté des croyants) et les fidèles revèlent vite le caractère passionnel lié à la recherche du pouvoir.

         ALI
    au pouvoir doit lutter contre son opposition et souvent contre ses partisans. Il meurt assassiné en 661.

         L'Islam ne sera plus uni. Certes le CORAN restera l'expression de la parole divine révélée mais les guerres de succession ont déchiré les musulmans déjà en dissension sur la notion d'autorité et de légitimité.

    Les SUNNITES, orthodoxes musulmans considèrent le calife comme successeur du prophète.

    Les CHIITES, dissidents, considérés comme hérétiques par les premiers, estiment illégale la succession par les Califes. Partisans d'ALI, ils attendent " l'IMAN CACHE" qui rétablira la vérité.

         Les divergences éloignant les SUNNITES des CHIITES sont autant d'ordre politique que religieux.

    Il en est ainsi à la mort d'ALI.

    Il en sera toujours ainsi au XXI° siècle.

     

    votre commentaire
  • LES CHRETIENS


         On situe la naissance de Jésus de Nazareth en l'an -2. Jésus a environ 30 ans quant il commence son grand périple de prédications accompagné de fidèles, ses disciples. Les paiens d'Antioche l'appellent le "CHRIST", mot juif signifiant "Messie".

         Les messages, les prédications, les foules qui le suivent et l'écoutent, ébranlées par ses propos, gènes les "juges juifs" et le gouverneur romain de Palestine. Envoyé par Dieu non pour abolir mais pour poursuivre l'oeuvre de MOISE, Jésus parle du Royaume de Dieu, de l'amour de Dieu à tous les hommes et de l'Amour du prochain.

         Pécheur, il se retire dans le désert pour affronter le démon : c'est la tentation de J.C. raconté par Matthieu.

    A la différence du judaisme, ce n'est pas un peuple mais un homme qui vit l'épreuve du désert
    .

         40 jours passés, il en revient confirmé dans sa divinité. Il s'affirme Fils unique du Père. Fin politique face aux Pharisiens, il met au défi les juges juifs de provoquer le pouvoir romain. Dans le contexte politique de l'époque, il gène, il dérange. Trop aimé par les uns, trop craint par  d'autres, considéré comme subversif par les autorités romaines il meurt cloué sur la croix. Aprés sa mort, il se montre vivant à ses disciples, leur promet son amour à jamais et les enjoints d'enseigner amour, charité, sens de la vie et de la mort.

         PAUL l'apotre, de 45 à 61 aprés J.C., en un long périple, annonce la bonne nouvelle du Messie. A leur tour les Evangélsites secouent les consciences, éveillent ce sentiment de spiritualité qui sublime la doctrine transmise et l'homme qui la reçoit.

         La condamnation du Judaisme de Jérusalem et le paganisme d'une Rome impériale ébranlée n'empèche pas l'expansion du Christianisme.
        Pour le peuple Hébreu abasourdi par ces bouleversements, affaibli face à Rome, commence alors une longue histoire sans terre identitaire, sauf celle d'Israel qui ne leur appartiendra plus jusqu'en 1948.

         Les nouveaux Chrétiens, tous juifs appliquent le judéo-christianisme qui les oblige à passer par l'initiation au judaisme pour entrer dans l'église de J.C. Les paiens également veulent appliquer les préceptes de Jésus. Paul, Barnabé et dautres suppriment le passage au judaisme.
     
    Le Christianisme est vraiment né.
     
          Les persécutions, les structures naissantes liées à son expansion n'évitent pas les discordes. L'Edit de tolérance en 313 pour l'Eglise d'Occident et celui de Nicée en 325 pour celle d'Orient tendent à unifier, à clarifier et à dogmatiser les enseignements.

     

    1 commentaire
  • LES HEBREUX


          Vers l'an 2000 avant J.C., ABRAHAM, le patriarche incite ses enfants et sa postérité à observer la voie de l'Eternel. ISSAC, puis JACOB (nommé Israel par Dieu) s'installent au pays de Canaan. Les enfants d'Israel en partent pour vivrent en Egypte. Plus tard, conduits par MOISE, en mouvement inverse, ils fuient l'Egypte.

          Pendant 40 ans, MOISE arpente le Sinai: La terre Promise par Dieu sur le Mont Sinai ou le peuple reçoit le Décalogue restera le symbole de l'endurance, du déracinement et de la mémoire des enseignements reçus.

          Vers 1030 avant J.C. le peuple hébreu guidé par les chefs, "les juges" fondent enfin le royaume d'Israél. SAUL, DAVID puis SALOMON en sont les rois, mais les dissensions ne tardent pas à déséquilibrer un beau rève. Vers 922 avant J.C., la scission formalise deux royaumes : celui d'ISRAEL et celui de JUDA. Leur faiblesse respective attire les Assyriens puis les Babyloniens qui déportent les deux peuples. Ils revinrent d'exil sous CYRUS qui les intègre dans l'empire PERSE. Plus tard, vers -63 avant J.C., les romains leur impose le protectorat.

          L'empire romain s'établit, se renforce face à un autre pouvoir moins temporel, celui des Juges Juif voulant conserver leur influence sur le peuple. 

          Arrive alors un homme dont les discours vont bouleverser et les peuples et les pouvoirs.

     

    votre commentaire
  • LE SHINTOISME

    .

    Le Shintô , la « voix des dieux », est la religion indigène du japon. De type animiste et panthéiste cette croyance chamanique ne possède pas une origine formellement identifiée.

          Il n'y a pas de dieu suprême, mais une foule de puissances divines, les Kami, auxquels s'ajoutent des empereurs déifiés, certains héros nationaux, etc...

     

          Certains ont fait la relation avec la culture Jomon, datant de 11000 ans. D'autres sources font remonter la religion à 700 ou 300 avant J-C.

          En 593, le prince Taishi décrète que le shinto est la religion officielle de la cour impériale.

          Suite à une demande de l'empereur Temmu en 682 de collecter les faits marquants de son pays, les mythes d'origine du Japon ont été regroupés en 712 dans un livre appelé Kojiki, "notes sur les choses anciennes", qui est devenu le livre sacré du shintoïsme.

          En 1868 le shintoïsme est proclamé religion d'état (culte de l'empereur) jusqu'à son abolition par Mac Arthur en 1947. Seul le Shinto des sectes à subsisté.


    LES KAMI
     

     

    Le Shintô se base sur le respect des Kami .

          Les kami contrôlent tous les aspects de la vie humaine et de la nature. Il en existe de différents types: dieux et déesses, esprits qui animent la nature, âmes des ancêtres.
    La divinité shinto la plus célèbre est la déesse du soleil, Amaterasu, 


    On distingue traditionnellement quatre branches au Shintô :

    Le Shintô impérial (Kôshitsu
    : l'empereur aurait pour ascendant  Amaterasu le kami du soleil,

    Le Shintô d'état (Kokka Shintô)
     : sous l'ère Meiji le Shintô devint la religion officiel du japon,

    Le Shintô populaire
    (Minkan Shintô)
     : la population locale a toujours eu une tendance syncrétiste mêlant à la fois les doctrines bouddhiste et Shintô,

    Le Shintô sectaire
    (Jinja Shintô)
     : on dénombre aujourd'hui plus d'un millier de sectes différentes.


     Le loup est l'enveloppe charnelle d'Amaterasu, déesse du soleil dans le shintoïsme (elle porte par ailleurs le qualificatif « Amikami », « grande déesse »). A la fois féminine et masculine (le loup est un loup mais il porte en lui Amaterasu, une déesse)


    1 commentaire
  • LE CONFUCIANISME

    CONFUCIUS
    serait né en 551 avant JC. il aurait mené une vie légendaire jusqu'à un poste ministériel, et ne trouvant pas de prince digne d'être servi se serait finalement consacré à la compilation de vieux textes chinois.

     CONFUCIUS n'a jamais prétendu être un fondateur de religion:...
    "Je suis un transmetteur, non un créateur..."
     Il a simplement voulu poser des règles pour agir et vivre dans une certaine société, celle de la Chine de son époque. Il n'y a ni Dieu, ni prêtre, ni Credo, ni liturgie dans le Confucianisme.

    C'est la modération qui conduit aux vertus cardinales :

      - piété filiale;
      - harmonie affective familiale;
      - équité;
      - sens de l'honneur;
      - sincérité,
      - culture;
      - paix universelle;
      - culte des Ancêtres

    C'est une morale familiale et sociale, teintée de ce qui sera plus tard le Rousseauisme : l'homme est naturellement bon, l'Etat est stable
    .


    Telle qu'elle est cette philosophie a largement marqué la mentalité chinoise, et explique certains traits du caractère de ce peuple.

     

    votre commentaire
  • L'HINDOUISME, LE JAINISME ET LE BOUDDHISME sont les principaux systèmes philosophiques pratiquaient en INDE, mais on y pratique également l'animisme, le christianisme, le judaisme, l'islam et la religion Sikhs dérivée de l'hindouisme.

    .

    Maintenant, faisons un saut en CHINE et au JAPON pour parler du TAOISME et du CONFUCIAISME


    votre commentaire
  • LE TAOISME

         A la base philosophie largement sinon négative, tout au moins neutre, et vaguement écolo.

    Scepticisme:
    "
    Tous les paysages son beaux, seul l'homme est vil...".

    Pessimisme:
    " A quoi bon vivre puisqu'on ne sait pas ou cela mène..."

    Cela débouche sur une certaine monchalance dans la vie quotidienne, et peut etre meme une certaine forme d'anarchie, tout en ne négligeant pas pour autant la magie, l'expulsion de démons, les filtres et autres elixirs de longues vie, la voyance et la divination. 

          C'est la religion du Yang male, et du Yin féminin. Au cours des siècles, cette doctrine plutot "cool" a néanmoins permis dès le début de notre ère à certains sages taoistes de guigner le pouvoir temporel et de se constituer au sein meme du céleste empire un royaume dans le Kouang-Si, royaume qui a duré jusqu'en 1927.

     

    votre commentaire
  • LE JAINISME

    MAHAVIRA
    , " le grand héros" naquit entre 600 et 520 avant notre ère dans la région de Patna au nord du Gange. Son père était Raja, et pratiquait une existence exemplaire. MAHAVIRA, mari, et père d'une petite fille, renonça la vie sociale à 30 ans, et mena une vie d'ascète, en particulier pendant 12 ans au Bengale ou il eut l'illumination. Vainqueur du KARMAN, c'est à dire de la transmigration, il préche alors pendant trente ans un ascétisme rigoureux qu'on a appelé le JAINISME. Sa parole conservée par tradition orale tout d'abord, fut fixé en 300 avant JC environ. Le texte écrit n'apparait sous sa forme définitive qu'au VI° siècle aprés JC. Le jainisme entrevoit l'avenir avec optimisme contrairement au Bouddhisme: l'état de sainteté du TIRTANKHARA ou saint parfait conduit à la délivrance du KARMAN.

    On arrive à cet état de sainteté par un effort personnel d'ascèse, qui permet de toucher enfin à la béatitude ou NIRVANA. Les règles sont:

    - ne pas tuer,
    - ne pas voler,
    - dire la vérité,
    - observer la chasteté,
    - renoncer à toute propriété personnelle.
    - La règle d'or reste la non violence.

    Le jainisme comporte également de nombreuses sectes. C'est dans l'une d'elle, celle des Digambaras que les plus saints vivent entièrement nus. Certains jainistes sont réunis en monastère, et il y a des ascètes femmes, trés respectées. Cependant le culte est essentiellement domestique, quelques temples aussi ou sont regroupés les statues des saints parfaits dont RICHABA qui aurait vécu 8 400 000 ans.

     

    votre commentaire
  • LE BOUDDHISME


    BOUDDHA
    est un personnage historique qui vécut de 560 à 480 avant JC sur les confins du Népal. Né de famille royale, celui qui devait devenir BOUDDHA, mène une vie opulente dans le palais de son père jusqu'à l'âge de 29 ans sous le nom de SIDDHÂRTA. Sortant du palais il rencontre un vieillard décrépit, un malade, un mort qu'on transportait, un ascète. Écoeuré de la vie qu'il mène, il s'enfuit sur son cheval, suivi de son écuyer et prend le nom de GAUTAMA. Il cherche la solution au problème des souffrances humaines, et essaye l'enseignement des brahmanes, puis l'ascèse pendant 6 ans avec 5 disciples. Il choisit une voie moyenne à mi-distance des ses deux expériences précédentes, s'installe "sous le figuier de l'intelligence" et médite. Il résiste aux tentations de Mara, dieu de l'amour et de la mort, qui lui envoi des filles qui tentent de l'attirer par les 64 magies du Désir. Il connaît alors l'illumination plénière, est affranchi du cycle des transmigrations, est parvenu au stade de BOUDDHA. Il pourrait entrer au NIRVANA, mais préfère ajourner cette délivrance pour montrer la voie aux autres. Entouré de ses 5 disciples il prononce son premier sermon à BENARES, et mourra 45 ans plus tard d'une indigestion de viande de porc... 

    Les propos de BOUDDHA ont été recueillis par tradition orale, puis par écrit pendant les 8 siècles qui ont suivi sa mort. Les textes sont nombreux. Le recueil dit: " triple corbeille ", qui est l'essentiel de la doctrine, est deux fois plus volumineux que la bible. C'est la doctrine du bouddhisme dit " de petit véhicule ". D'autres textes, en particulier pendant les sept premiers siècles de l'ère chrétienne, constituent avec les précédents la doctrine du bouddhisme dit " de grand véhicule " 

    Les premiers disciples de BOUDDHA furent des moines errants qui adoptèrent la robe jaune, ils firent voeux de chasteté et de pauvreté. A noter que dans les communautés les castes sont effacées. Les femmes sont admises, mais restent subordonnées. Le Bouddhisme, étant plus une discipline de vie qu'une vraie croyance religieuse, dans les monastères on peu vouer un culte à des divinités non Bouddhiques. Cette communauté humaine porte le nom de SHANGA. 

    Le bouddhisme "de petit véhicule" est centré, essentiellement à CEYLAN. Il est très individualiste. L'homme doit s'efforcer d'atteindre lui-même le NIRVANA, par le biais du " suprême détachement " ou ARHAT.

    Le Bouddhisme "de grand véhicule" s'est développé, dans l'Inde Septentrionale, et domine en Chine, en Coré, au Japon. Ce bouddhisme s'affirme plus altruiste que l'autre. A l'imitation de Bouddha on doit retardé son propre accès au NIRVANA en prêchant la bonne parole aux autres pour que tous y parviennent ensemble.

    Les sectes, la aussi, sont innombrables. On peut considérer d'une certaine façon que le Bouddhisme tibétain ou lamaisme comme un bouddhisme "de grand véhicule" chargé de mystiques Tantriques (magie, ésotérisme), et de civaïsme.

     

    votre commentaire
  • L'HINDOUISME

    L'hindouisme est né d'un mélange du VEDISME (religion primitive de l'Inde, celle des envahisseurs ARYENS en 2000 avant JC) et du BRAHMANISME. Elle est fondée sur des textes en sanscrit moderne datant du III° siècle. De nombreux écrits développent la philosophie hindouiste: tout d'abord des textes post védiques : Upanishad, et Dharmaçastra, qui remontent à peu prés à la naissance du Christ. A partir du début du VI° siècle, on trouve les épopées, un peu dans l'esprit des légendes germaniques : le Mahabharata, une sorte d'Iliade hindoue, avec KRISHNA dans le rôle d'Enée. Citons également le Ramayana. S'ajoute enfin des textes à tendances religieuses ou PURANAS. L'ensemble complété, par les TANTRAS, manuels de magie et d'occultisme.

    L'Hindouisme se caractérise par un nombre considérable de sectes, réparties en deux groupes VISHNUITES, et CIVAITES, et dont la secte SIKHS est la plus connue.

    Trois dieux suprêmes constituent une véritable trinité : BRAHMA le créateur, VISHNU le conservateur, CIVA le destructeur, mais qui est aussi le dieu de la fécondité.

    La métempsycose est à la base de la croyance. L'âme humaine vit dans un corps d'homme ou d'animal en fonction de la qualité de ses actes. L'Hindouisme classique est pessimiste. Des écrits récents précisent que l'âme doit se réincarner 2 000 000 sous forme végétale, 6 400 000 fois sous la forme animale et 200 000 fois sous la forme humaine avant d'être libérée du cycle des naissances. Entre deux réincarnations l'âme passe quelques temps en enfer ou au paradis.

    Il y a dans la pensée religieuse deux grandes tendances :

    La première fait de la religion une procédure :
    - Prier, offrir des sacrifices. Le salut vient d'en haut.

    Pour la seconde le salut et le produit du vouloir humain :
    - S'élever dans la dignité divine, réaliser ce qu'il y a en nous de spirituel en contrôlant et dominant l'obstacle corporel.

    Du YOGA naît la connaissance, de la connaissance naît le YOGA. Pour qui possède les deux il n'y a rien d'autre à obtenir.

    Pour conclure l'hindouisme est à l'antipode de notre vision occidentale. 

     

    votre commentaire