• Le Grand Aquarium de Saint-Malo vous propose une immerssion parmi les mers et océans du monde et cela jusqu'au plus profond des abyses. 

    Vous découvrirez la faune et la flore des océans au travers de 9 salles thématiques et de 2 attractions originales.

    LES SALLES THEMATIQUES:

    1 - La salle abysale composé de 6 aquariums vous présente les habitants des profondeurs et en particulier anémones, nautile et poisson loup.

    2 - La salle atlantique comporte 7 aquariums ou vous rencontrerez entre autre congre, coquette et bien d'autres poissons peu connus.

    3 - Le laboratoire de la mer est dédié à l'océanographie, dispose de 9 bacs ou vous aurez la chance de découvrir les derniers nés.

    4 - La salle méditerrannée ferme le circuit des mers froides avec ses 10 aquariums. cette salle vous présentera balistes, poulpes, rascasses et bien d'autres.

    5 - Dans l'anneau de la mer, transition entre mers froides et mers chaudes, vous serez immergé au coeur de l'habitat des requins, mérous géant et tortues.

    6 - La salle tropicale avec ses 13 aquariums vous emmène à travers le pacifique et les mers tropicales.

    7 - Le galion englouti: A bord de l'épave d'un galion au décor de pirate vous contemplerez un aquarium  de 100 000 litres avec des espèces de pleine eau mais aussi de fond.

    8 - La mangrove avec ses 4 aquariums vous transporte au coeur d'une étrange foret de racines qui abrite la reproduction de nombreuses espèces marines.

    9 - Le bassin tactile est une véritable découverte sensorielle avec les espèces des cotes bretonnes.

    L’AQUARIUM DE SAINT-MALO

    L’AQUARIUM DE SAINT-MALO

    L’AQUARIUM DE SAINT-MALO

    L’AQUARIUM DE SAINT-MALO

    L’AQUARIUM DE SAINT-MALO

    L’AQUARIUM DE SAINT-MALO

    L’AQUARIUM DE SAINT-MALO

    L’AQUARIUM DE SAINT-MALO

    L’AQUARIUM DE SAINT-MALO


    votre commentaire
  • Référence: dépliant du centre des monuments nationaux

         L'histoire du Mont-Saint-Michel aurait commencé en 708, lorsque Aubert, évèque d'Avranches, fit élever sur le Mont-Tombe un sanctuaire en l'honneur de l'Archange Gabriel. Le Mont devint rapidement un lieu de pélérinage majeur. Au X° siècle, les bénédictins vinrent s'installer à l'abbaye, tandis qu'un village se développait en contre-bas. Il s'étendit au XIV° siècle jusqu'au pied du rocher. Place forte imprenable pendant la guerre de Cent Ans, le Mont-Saint-Michel est aussi un exemple d'architecture militaire. Ses remparts et fortifications résistèrent à tous les assauts anglais et firent du Mont-Saint-Michel un lieu symbolique de l'identité nationale. 

    Aprés la dissolution de la communauté religieuse à la révolution et jusqu'en 1863, l'abbaye fut utilisée comme prison. Devenue monument historique en 1874, elle fut l'objet de grandes restaurations. Depuis, les travaux ne se sont pas interrompus sur l'ensemble du site. Ils permettent aux visiteurs de retrouver la splendeur de l'abbaye que les hommes du Moyen Age voyaient comme une représentation de la jérusalem céleste sur terre, image du Paradis

    Depuis 1979, le Mont-Saint-Michel est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

    LE MONT SAINT MICHEL

     

    porte principale

    porte principale vue des remparts

    les remparts vus de l'exterieur à marée haute

    remparts

    l'abbaye vu de ses jardins

    le cloître, lieu de prière et de méditation

    le réfectoire

    l'abbaye

    la crypte des gros piliers, soutien le chœur gothique de l'église

    LE MONT SAINT MICHEL

    LE MONT SAINT MICHEL


    votre commentaire
  • source du texte: office du tourisme de st Aignan

     

    Autour de son premier château ( IX° siècle) dont on peu encore voir la trace avec la tour  Hagard, et d'une petite chapelle dédiée à St Jean, la ville de Saint Aignanen Berry pris naissance aux environs de l'an 1000.

    Tour hagard du chateau de st Aignan

    SAINT AIGNAN SUR CHER

    C'est à la fin du XI° siècle que fut érigée l'église actuelle dédiée à Saint-Aignan. La construction se poursuivra jusqu'à la fin du XII° siècle et sera complétée au XV° siècle.

    La ville d'alors "bien close et bien fermée de murailles", se développe témoin et victime de la rivalité des Comtes de Bmois et des Angevins. Ce fief concédé à l'origine à Geoffroy de Donzy devint Comté en 1538, puis duché en 1663 avec la famille des Beauvilliers . Un nouveau chateau " renaissance" avaiyt été construit. Ce fut une période de prospérité pour la ville qui se voit doté d'un Hotel Dieu dont la construction est attribué à Mansart sous l'impulsion d'Henriette Colbert? DUCHESSE DE Beauvillier.

    Saint Aignan au point de rencontre de voies importantes est alors un centre de commerce et d'industrie atcif ( draperies, tanneries, bestiaux, vins...) avec une production originale : la pierre à fusil provenant de Meusnes, Couffy, Chatillon. C'est aussi un centre administratif : justice, collecte des impots, contrôle des poids et mesures.

    Au XX° siècle Saint-Aignan developpe le tourisme, ses vins et compte deux entreprises de transformation métallique.

    Vue sur la collégiale et le chateau à droite

    SAINT AIGNAN SUR CHER

    La collégiale et le chateau, vu de la fenêtre de l'hôtel

    SAINT AIGNAN SUR CHER

     

    SAINT AIGNAN SUR CHER

    SAINT AIGNAN SUR CHER

    SAINT AIGNAN SUR CHER

    Ruelle de st Aignan

    SAINT AIGNAN SUR CHER

    n

     


    votre commentaire
  • “Ce jardin, né de ma volonté, m’a souvent imposé la sienne”.

    Il est l’œuvre d’un homme, Christian Peyron, 65 ans, un passionné qui lui consacre sa vie depuis 30 ans. 

    ---------------------------------------

    Si d'aventure vous passez dans le Nord-Isère n'hésitez pas à faire un petit tour dans ce jardin situé à VERNIOZ à une quarantaine de kilomettres à l'Est de Lyon.

    C'est un enchantement pour les botanistes, un but de promenade pour les familles et les photographes amateurs.

    ----------------------------------------

    Le Jardin du Bois Marquis, classé "Jardin remarquable", offre le spectacle d'un arborétum regroupant environ 800 feuillus, une cinquantaine de conifères et 3.000 plants divers, sur une surface de 5,5 hectares.

    Et pourtant, il ne s'agit pas d'un arborétum, synonyme de collection, mais simplement de la présentation des espèces préférées de son créateur.

    Ce jardin est l'œuvre d'un homme qui lui a consacré plusieurs décennies de sa vie afin de le rendre riche de ses variétés et accueillant par l'ambiance qui y règne.

    Une promenade entre les différents bosquets d'arbres ou arbustes mène naturellement le promeneur vers son grand étang, d'une superficie d'environ 8.000 m2 sur lequel s'ébattent une centaine de canards de races différentes.

    Au passage, vous découvrirez et apprendrez à connaître différents arbres sur lesquels pend un petit écriteau portant le nom ou la variété de son porteur.

    Regroupés par variétés, qu'il s'agisse des érables ou acers, des chênes, des liquidambars, des prunus ou autres, vous y découvrirez la beauté des écorces, admirables en toutes saisons, mais aussi des feuillages dont les teintes sont en perpétuelle mutation au cours de l'année et qui vous donneront une idée de ce qu'est l'été indien sous d'autres cieux.

    Le jardin, aujourd'hui propriété de la commune à laquelle son créateur a fait don, est toujours ouvert à la visite, gratuitement. Et si vous avez le bonheur de le rencontrer, Christian Peyron se fera un plaisir de vous en faire découvrir une partie.

    Un parking "visiteurs" est disponible le long de la voie pour deux ou trois véhicules mais la place de Vernioz,

    Sites à visiter absolument pour découvrir ce joyau:

    http://www.isere-magazine.fr/culture/patrimoine/Pages/2013/136-Bois%20maquis/Le-jardin-du-Bois-Marquis.aspx

    http://www.lejardinduboismarquis.com/

    LE JARDIN DU BOIS MARQUIS

    LE JARDIN DU BOIS MARQUIS

    LE JARDIN DU BOIS MARQUIS

    LE JARDIN DU BOIS MARQUIS

    LE JARDIN DU BOIS MARQUIS

    LE JARDIN DU BOIS MARQUIS

    LE JARDIN DU BOIS MARQUIS

    LE JARDIN DU BOIS MARQUIS

    LE JARDIN DU BOIS MARQUIS

    LE JARDIN DU BOIS MARQUIS

    LE JARDIN DU BOIS MARQUIS

     

    1 commentaire
  • Il existe de nombreux ouvrages sur les templiers et les commanderies en particulier. Il vous suffira pour en savoir plus de cliquer sur les liens mis à votre disposition.

    Extraordinaire vocation que celle des ces ordres chrétiens ou se mêlent la foi, le courage et l’héroïsme. Leur histoire c’est d’abord l’affrontement de deux philosophies et de deux civilisations : celles des mondes chrétien et musulman. Les templiers réalisèrent l’idéal d’une double vocation, de moines et de soldats.

    Tout commence à la fin de la première croisade (1096 – 1099). Jérusalem prise, les croisés chargés de butin rentrent en Europe, alors que les pèlerins affluent. Logiquement ceux-ci , hors des murs de Jérusalem, sont attaqués, pillés et assassinés.

    C’est en 1118 que Hugues de Payens et Geoffroy de Saint-Omer parvinrent à Jérusalem et se présentèrent aux portes du palais du roi Baudouin. Ils offrirent leurs services au roi en lui demandant la permission de fonder un ordre qu’ils appelèrent la Milice des Pauvres Chevaliers du Christ. Outre les traditionnels vœux de chasteté, de pauvreté et d’obéissance, ils promirent de respecter un quatrième vœu : celui de protéger les pèlerins sur la route qui les menait à Jérusalem. Ils seront bientot rejoints par sept autres chevaliers.

    Le roi Baudouin leur accorde une partie de son palais à l’emplacement du temple de Salomon. D’où le nom de templier.

    L’ordre du temple créé en 1128 et va exercer son influence pendant plus de deux siècles. Craignant leur puissance financière et politique Philippe le bel finira par les détruire. Le dernier Maitre, Jacques de Molay sera brulé le 18 mars 1314 et avec lui disparaitra l’ordre du temple.

    Lien: http://www.templiers.org/templiers.php

     

    LA COMMANDERIE

    Définition donnée par Hervé Baptiste, architecte en chef des Monuments historiques : « une commanderie templière est un ensemble de bâtiments tenant à la fois du monastère et de la ferme de rapport, et destinés à se procurer des fonds pour soutenir leur action en Terre sainte ».

    Bien qu'étant le plus souvent rurales et situées sur des terres de rapport, les commanderies pouvaient aussi être urbaines et même portuaires, lorsque les chevaliers obtenaient le monopole ou bien des privilèges de commerce, ou de transport de pèlerins. Dans les terres de combat, les commanderies étaient des forteresses ou des commanderies rurales fortifiées.

    Suivant l'analyse d'Alain Demurger, les possessions de l'« arrière » (les terres de rapport) permettaient de subvenir aux besoins du « front » (les terres de combat).

    Lien: http://templier.weebly.com/commanderies-et-forteresses-templiegraveres.html

    LA COUVERTOIRADE

    Le nom de Cubertoirata apparaît dès le XIe siècle lors de la délimitation des territoires appartenant à l’abbaye de Gellone, à Saint-Guilhem-le-Désert (Hérault) aujourd’hui. Depuis le XIIe siècle, les Templiers sont installés sur le Larzac et à La Couvertoirade. Leur implantation est due d’une part à la proximité de routes permettant de descendre vers la côte méditerranéenne pour s’embarquer vers l’Orient et la Terre Sainte, d’autre part à des donations.

    La Couvertoirade constitue dès l’origine pour les Templiers un centre d’exploitation agricole. Sur ces terres, ils font cultiver aux paysans des céréales, élever des chevaux (pour la guerre) et des ovins (pour la viande, les peaux, le lait). Un bourg se développe autour du château, encore visible de nos jours. En 1312, l’ordre du Temple est dissous. L’ensemble de leurs biens revient aux Hospitaliers qui deviennent les nouveaux maîtres de La Couvertoirade. La bourgade compte 135 feux en 1328, soit environ 800 personnes. Au milieu du XIVe siècle, les « Routiers » (des compagnies de mercenaires vivant en bandes plus ou moins organisées et souvent peu disciplinées) pillent le Larzac. Par crainte de ces bandes armées, les habitants finissent par faire fortifier le bourg de 1439 à 1445. C'est Déodat Alaux, maître maçon de Saint-Beauzély, qui est chargé d'exécuter ces travaux. Malheureusement, ce territoire se sera déjà fortement dépeuplé.

    Lien: http://www.lacouvertoirade.com/index.php

     

    LA COUVERTOIRADE - CUBERTOIRATA.

    LA COUVERTOIRADE - CUBERTOIRATA.

    LA COUVERTOIRADE - CUBERTOIRATA.

    LA COUVERTOIRADE - CUBERTOIRATA.

    LA COUVERTOIRADE - CUBERTOIRATA.

    LA COUVERTOIRADE - CUBERTOIRATA.

     

    1 commentaire
  • Le pont du Gard est un pont-aqueduc romain à trois niveaux, situé entre Uzès et Nîmes, dans le département du Gard (France). Il enjambe le Gard. Probablement bâti dans la première moitié du Ier siècle, il assurait la continuité de l'aqueduc romain qui conduisait l’eau d’Uzès à Nîmes. Les dernières recherches montreraient que son fonctionnement cessa au début du VIe siècle.

    Au Moyen Âge, les piles du second étage furent échancrées et l'ouvrage fut utilisé comme pont routier. L'architecture exceptionnelle du pont du Gard attira l'attention dès le XVIe siècle, qui dès lors bénéficia de restaurations régulières destinées à préserver son intégrité. Un pont routier lui fut accolé en 1743-1747. Plus haut pont-aqueduc connu du monde romain, il a été classé monument historique en 1841 et inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco en décembre 1952. Le site actuel a fait l'objet d'importants aménagements en 2000.

    La phrase " MENS TOTUM CORIUM " a été gravée sur la plus grande arche probablement par son concepteur et son constructeur, elle signifie ; " l’élévation de l’édifice a été totalement mesurée". 

    Malgré une apparence simple et élégante c'est une construction très complexe qui a nécessité la résolution de nombreux problèmes techniques...Comme par exemple réaliser une pente de 12m sur une distance de 50 kms, hisser des bloc de pierre de 6 tonnes à 40 m de hauteur, permettre un débit 20 000m3 jour, et bien d'autres encore... 

    pour les curieux, suivre les liens suivants:

    http://www.pontdugard.fr/fr

    http://www.avignon-et-provence.com/tourisme/pont-du-gard/histoire-pont-du-gard.htm#.Um1Jo7vLT5p

    http://www.nemausensis.com/Gard/AqueducRomain.htm

    http://jean-francois.mangin.pagesperso-orange.fr/romains/z_gard.htm

     

    L'ancien pont routier

    LE PONT DU GARD - MENS TOTUM CORIUM...

    Vue du bas de la rive droite

    LE PONT DU GARD

    Vue des hauteurs sud

    LE PONT DU GARD

    Le site du pont du Gard, c'est aussi un superbe endroit ou l'été il fait bon s'y promener et s'y baigner.

    Les plages

    LE PONT DU GARD

    Pratique du canoé

    LE PONT DU GARD

     

    1 commentaire
  • Deux landaises des années 1900 photographié lors d'une visite à "l'ECOMUSEE-LANDES" de Marquèze.

    Si je trouve un peu de temps je vous présenterai ce site dans un prochain article.

    fileuse de laine

    LE FILDE LAINE SUR UN ROUETAGE

    confection d'un paillasson

    CONFECTION D'UN PAILLASSON AVEC DES COSSES DE MAIS.

     

    votre commentaire
  • L'impression de puissance que dégage ce chateau est donné autant par son étendue d'une superficie de 1,5 hectare que par l'étagement des masses de grès rose.

    Trois époques ont marqué sa construction:

    - du XII° à la première moitié du XV° plusieurs occupants se partagent le chateau ;

    - à partir du 1479, il est reconstruit pour s'adapter à l'artillerie ( rupture des pentes pour empecher la mise en place de l'artillerie ennemie, création d'une plate forme d'artillerie et des tours de défense aux murs plus épais;

    - début du XX° restauration du chateau sur ses bases du XV°.

    Malgré de nombreuses contreverses, la restauration du chateau par l'architecte Bodo EBHART est représentative des chateaux forts des XV° et XVI° siècles du sud du bassin rhénan.

    La restauration a été initié par l'empereur Guillaume II de Hohenzollern dans le but d'en faire un musé du Moyen-Age. Il voulait surtout en faire le symbole de l'empire ressuscité du passé germanique en Alsace.

    Mais assez de bavardage, place aux photos, pour assouvir votre curiosité cliquez sur les photos

    Maquettes en béton du chateau

     007.jpg

    008.jpg

     001-copie-1.jpg

     003.jpg

     004.jpg

     002.jpg

    006.jpg

     005.jpg

     009.jpg

     

    1 commentaire
  •  A 25 minutes de CHAMBERY et d'AIX-LES -BAINS et à 35 minutes de d'ANNECY se dresse un site naturel exceptionnelle pour les week-end d'hiver en famille.

    Il s'agit des stations du REVARD et de la FECLAZ. Au programme : ski alpin certes, mais surtout un espace de jeux pour les enfants, qui découvrons les joies de la luge, des balades en traineaux tiré par un cheval et des parcours en chiens de traineaux. Les plus grands s'éclateront au commande des motoneiges ou en pratiquant le ski de fond et le ski joering. Quant aux ados ils découvriront les nouvelles glisses riches en sensation.

    Les deux photos sont prises du belvédère du REVARD. Un panorama exceptionnel, quand le temps est clair.

     LA-FECLAZ-044-bis.jpg

    belvedere-revard.jpg

     

    1 commentaire
  • Promenade sur le plateau du Revard,

    Mamy en profite pour faire sa page d'écriture sur la neige, ça la change du sable...Lol!

    mamy-neige-ecrit.jpg

    mamy-neige.jpg

     

    1 commentaire
  • Lors d'un séjour à BULLE, mes hôtes m'ont fait découvrir entre autres une des curiosités de la région de Gruyére: LA POYA.

    La Poya c'est un mot qui désigne la montée à l'alpage dans les Alpes suisses, mais c'est également un art populaire qui consiste a garnir le fronton des chalets d'une peinture généralement naïve qui représente la transhumance. Pour en savoir plus cliquez sur les photos.

    Ferme traditionnelleChalet-poya.jpg  POYA.jpg

    Villa moderne avec un poya

    Poya-maison.jpgvilla poya

     

    1 commentaire
  • Référence: guide du chateau

    Situé dans les Préaples fribourgeoises le château de Gruyères, l'un des plus prestigieux de Suisse, domine la cité médiévale de Gruyère. Je ne vous conterai point son histoire et vous décrirai encore moins ses fortifications d'autres avant moi l'on fait avec talent. Pour en savoir plus cliquez sur les 3 premières photos.

     chateau-de-gruyere.jpg

    Gruyères fut fondée en l'an 400 par GRUERIUS. Il capture une grue et la présente comme animal héraldique.

    Ce château de type " carré savoyard " date des années 1270 - 1282 mais il a subi aux cours des siècles de nombreuses transformations, particulièrement a la fin du XV° ou il perd son aspect de château fort pour devenir une demeure seigneuriale. Aux XVII° et XVIII° ses intérieurs sont aménagés en style baroque.

    Aujourd'hui l'on peut visiter les extérieurs gratuitement et les intérieurs pour moins de 10€. Un montage multimédia de 18mn vous contera son histoire avant une visite d'environ 1h00.

    Sur le plan du chateau , l'on peut voir l'enceinte qui entoure le carré savoyard. En pointillé en haut à gauche, l'anncienne muraille du XII° siècle.  Sans titre-1 

     L'ESPLANADE

    L'aménagement de l'esplanade remonte à la seconde moitié du XV°. Cet aménagement s'intègre dans la phase de fortification du château de 1433 à 1492. Chateau-de-gruyere-esplanade.jpg  Le puits (petite tour circulaire sur la gauche) se trouve sur l'ancien fossé. Au-dessus de l'entrée (porte en noire) vous pouvez apercevoir les traces de l'ancien pont levis. Placé de chaque coté deux énormes boucliers en bronze Mars et Venus réalisés par Patrick Voodroffe en 1997 et 1999.

    chateau-de-gruyere-esplanade-puit-.jpg

      LA COUR INTERIEURE

    Le corps de logis fut transformé à partir de la fin du XV°.

    LES CUISINES
    cuisines.jpg Vue à partir d'un balcon des logis balcon

    REMPART ET JARDIN A LA FRANCAISE
    Les murs de l'enceinte et les deux tours orientales ont été édifiées à la fin du XV°. Ils délimitent le jardin dont l'établissement remonte à l'époque médiévale. L'agencement actuel est relativement récent, début du XX°. Entre les deux tours un chemin de ronde couvert.tours-orientales.jpgjardins-a-la-francaise.jpg 
    Jardin, au pied du donjon. jardins-et-donjon.jpg Entrée du chateau
    entrée du chateau
      La Chapelle

     Dès le XII° un lieu de culte est attesté, mais l'actuelle chapelle Saint-jean-Baptiste  qui date de1480, a été aménagée par le Comte Louis, comme l'indique l'inscription au dessus du portail.
    Chapelle-du-chateau-de-Gruyere.jpg

     Vue sur le village, à partir du donjon.

    Vue-sur-le-village-medievale.jpg   

     

    1 commentaire
  • Hier soir Papy c'est mis en tête de faire une série de photos sur "La Pierre Percée". Rien de plus simple allez vous dire. « Ben ça c'est sur » comme qui dirait une vieille connaissance...

    09h00, une bonne heure pour se lever. Vérification du matos, Canon batteries à 10%, Fuji piles vides, objectif de 55-250 porté déserteur. Une heure avant le départ : « Au fait La Pierre Percée c'est où ? ».  Clic ! Le PC s'allume, Google et Mappy sont mis à contribution. Cornequenouille !! Enfer et damnation, plus de 100 kms à parcourir. «Kein problem »dit Mamy habituée. « Primo : direction un certain magasin pour acheter batteries et objectif. Secundo : une petite pause au resto pour faire le plein. Tertio : on prendra les petites routes détournées, histoire de visiter ». Papy : « A vos ordres herr hauptmann ». Faut jamais discuter les ordres de Mamy.

    Après avoir accompli les taches logistique, direction La pierre percée. Deux heures plus tard nous voila sur le parking de La Motte d'Aveillans. Misère et désespoir ! La route d'accès est impraticable, il faut continuer à pied. « C'est loin ! » dit Mamy. « Non juste après le prochain virage » dit Papy en vieux routier...En Afrique toute les villes et villages se situent aprés le prochain virage. 40mn plus tard et 300m de dénivelé plus loin La Pierre Percée est en vue. « Je ne monte pas, c'est trop haut » s'écrie Mamy à bout de souffle. Papy abandonne Mamy et s'élance à l'assaut de La Pierre. Avec une jambe à la robocop l'affaire est rondement menée. Les objectifs chauffent, les clics clacs crépitent, Mamy s'impatiente. Papy bat en retraite, rejoint Mamy et s'en retourne sur sa base de repli.

    Mamy prend le volant, papy règle le GPS et s'endort, mission accomplie.

    Pour tout connaitre sur LA PIERRE PERCEE cliquez sur les photos.

     la-pierre-percee-2.jpg

     Pour connaitre la légende de cette pierre, cliquez sur la photo ci-dessousla-pierre-percee-3.jpg

     

    1 commentaire
  • Papy à la recherche de son style...Pourquoi le noir en toile de fond ? je n'en sais strictement rien...cette couleur s'impose progressivement depuis quelques temps... Contre ma volonté...Mais je trouve les résultats sympa, alors je continue dans cette voie...

    Chateau-de-bulle.jpg

    Sans-titre-6.jpg

     

    1 commentaire
  • De passage en Gruyère, un vendredi soir, Papy c'est retrouvé au Buro. Non, non, ce n'est pas une erreur je parle bien du Buro et non du bureau. Le Buro, c'est un bar de Bulle (Suisse) ou l'on peut bénéficier d'une petite restauration originale et écouter en soirée des concerts eclectiques donnés par des groupes internationaux, nationaux ou locaux. Cet établissement étant essentiellement fréquenté par la jeunesse gruyerienne, que faisait donc Papy dans cet endroit un vendredi soir ? Tout simplement écouter un groupe local et surtout rencontrer un musicien en particulier. Chut secret défense... Je n'en dirai pas plus. Je vous présente donc quelques photos du groupe CATILLON. J'ai pris de nombreuses photo, mais hélas seulement trois sont potables.

    DEDE: claviers, guitare acoustique, backing vocal  et GREGcatillon-bulle.jpg

     TITI, lead vocale et guitare accoustique.catillon-gruyere.jpg

     GREG: basse, backing vocal.catillon.jpg

     LE CROUPE CATILLON  http://www.catillon.ch/?page_id=12

    C’est l’amitié qui s’unit au nom de la musique et de la passion.linklink

    Né sous l’impulsion de son leader Titi Sottas, le groupe se compose de 5 artistes gruyériens. Le talent musical des amis puise sa source dans leurs racines gruyériennes traditionnellement attachées à la musique populaire.

    Pour garder toute l’émotion de ses compositions, le groupe privilégie la langue française dans un style musical folk rock.

    Leur premier cd 4 titres offre au public un aperçu du « style Catillon ». Ce style accrocheur n’a d’ailleurs pas échappé aux médias puisque le titre phare intitulé « l’Etoile du nord » est passé sur 5 radios et 2 chaînes tv ! Remarquable pour un premier opus…

    Afin d’asseoir sa renommée hors des frontières régionales, Catillon a maintenant la chance de compter sur le soutien de radios comme DRS 3 ou Option Musique pour diffuser ses titres et annoncer ses concerts. 

     

    votre commentaire
  • Si d'aventure vous séjournez dans LA GRUYERE (Suisse) et que vous recherchez l'insolite, oubliez fromage, châteaux et chocolat. Chaussez vos brodequins et parcourez les sentiers de la région de GRANDVILLARD. Les surprises seront aux rendez-vous.

     A proximitè de LESSOC, vous aurez la chance découvrir le vieux pont de bois appelé familièrement "le pont qui branle". Malgré son grand âge un nom immérité. Sa solidité est surprenante.

    Ce pont, qui enjambe la Sarine a été à maintes reprises restauré, détruit et reconstruit.
    1456 voit la naissance d'une passerelle constituée d'un tablier de gros rondins de bois recouvert de gravier. Cette passerelle fut emportée par une crue subite de la Sarine en 1571.
    De 1610 à 1692 il est réparé et reconstruit tout ou en partie régulièrement.

    Le pont que l'on peut emprunter actuellement a été construit en 1667.

    Pour les curieux, cliquez sur les photos. Derrière la première vous lirez les explications passionnées de l'archéologue Jean-Pierre DEWARRAT, grand amateur de lieux insolites. Avec la deuxième Clément FONTAINE vous contera l'histoire et les légendes qui entourent le pont qui branle.

     Pont qui branlePont-qui-branle-2.jpg

     Pont-qui-branle-1.jpg

     

    1 commentaire
  • Papy, alias le "Rambo de la photo". « Rambo, Rambo, Rambo de pacotille que tu es » s'écrie soudainement Mamy en surgissant dans mon dos. « Mais Mamy t'as rien compris, Rambo comme guerrier de cinéma et photo comme la moitié d'un photographe, c'est de l'humour ». « a bon, t'es si nul ...». Bon revenons à nos moutons. Donc Rambo, heu ! Papy et Mamy après une dure journée de plage  décidèrent d'un commun accord d'attendre 22h00 pour immortaliser Le coucher de soleil sur l'Atlantique. Gros effort, car demain dés 05h00, l'adjudante des arènes nous attend de pieds fermes. Il faudra qu'un de ces jours je vous en parle...

    rocher vierge 

    C'est sur l'initiative de Napoléon III qu'a été percé ce rocher, qui devait servir de base à la construction d'un port-refuge. En 1865, une statue de la Vierge, achetée à l'exposition franco-espagnole de Bayonne (ateliers Ducel), y a été installée. L'ancienne passerelle en bois a disparu en 1887 pour céder la place à une passerelle des ateliers Eiffel, sur laquelle il est déconseillé de s'aventurer par gros temps. De ce rocher, on peut admirer toute la côte.

     

    1 commentaire
  • 22 Juin 2012, un temps de chien, bruine et petit vent frisquet, mais ce n'est pas cela qui va arrêter un vieux briscard comme Papy. Après une remise en condition tactique, direction la plage de MIOLLETS dans les Landes.

    Ce n'est pas un temps à sortir un "Canon", mais un sac plastique et un parapluie vont le tropicaliser illico presto. Mamy veille au grain. Oups !!! Je crois qu'il arrive là,... à l'horizon.

    Pas de temps à perdre, je cours (sur une jambe, Lol ! ! !), virevolte, Clic! Clac!, je shoot clopin, clopan, un pécheur par ici, un surfeur par là et deux CRS palmés en prime....curieux spectacle qui s'offre aux yeux ébahis des rares étrangers... , un éclopé armé jusqu'au dents de curieux appareils qui s'entrechoquent...chapeau de cow-boy sur la tête, ray-ban en position de combat, poursuivie par le parapluie de mamy...«Hi ! Papy "Etre et durer" belle devise mais plus de circonstance». Et tout ça pour quoi ? Pour les photos ci-après qui reflètent la morne plage...que je ne trouve pas terrible, mais je n'ai rien de mieux, et puis un point c'est tout.

    surfeur-miollets.jpg

     pecheur bis miollets

     pecheur-Miollets.jpg

    Sauveteurs de la police nationale à l'entrainement. "Force et Courage"' sauveteurs-miollets.jpg

     

     

    votre commentaire
  •   Lors d'une ballade dans les environs de DAX, je suis tombé par hasard sur l'église fortifiée de MONTFORT EN CHALOSSE et à ma grande surprise je ne l'ai point trouvé dans le blog du Chevalier Dauphinois. Si vous aimez les vieilles pierres, blog que je vous conseille vivement de visiter.

    N'étant point un expert des églises fortifiées je ne prendrai pas le risque de commenter et me contenterai de vous présenter quelques photos que j'ai prise avec dévotion et amour.

    Cette église qui porte des traces de fortification de plusieurs époques, dont une meurtrière à mousquet est ouverte de 08h00 à 19h00, mais hélas je suis arrivé trop tard.

    Pour en savoir plus cliquez sur les photos.    Montfort-en-chalose.jpg

    Sans-titre-1-copie-3.jpg

    Sans-titre-2.jpg

      Monfort-en-chalose-3.jpg

      Monfort-en-chalose-2.jpg

      église montfort en chalose

     

     

     

    1 commentaire
  •  

      Arenes-de-DAX.jpg

    Les arènes du parc Théodore Denis furent édifiées en 1913. Jusqu’au XVIIIème siècle, les courses avaient lieu dans l’actuelle rue des Fusillés. Mais, à la fin du XVIIIème siècle, elles furent officiellement autorisées par le gouverneur de Guyenne, à la condition que la place fut « close et fermée de barrières » pour éviter les accidents. Les courses de taureaux se déroulèrent dès lors à l’emplacement de l’ancien couvent des Cordeliers qui devint, par la suite, la place de la Course (face à La Poste). En 1857, lors de la venue de Napoléon III, les arènes avaient la forme d’un fer à cheval long d’une quarantaine de mètres et d’une contenance de 2 000 places environ.

     C’est dans cet amphithéâtre qu’eut lieu en 1894 un fait historique mémorable : la ville de DAX maintient ses courses de taureaux malgré des interdictions préfectorales… intervient alors un commissaire de police chargé d’interrompre la corrida… le taureau en piste charge le représentant de l’ordre qui prend la fuite suivi de près par l’animal… le torero landais Félix Robert le rattrape et l’achève dans une rue dont le nom (rue du Toro) commémore l’incident. Les courses se déroulèrent dans ces arènes en bois jusqu’en 1912.

    Le 10 mai 1913, les arènes actuelles en ciment étaient inaugurées par le maire, Octave Lartigau. Elles comptaient 5 500 places. En 1932, le maire Eugène Milliès-Lacroix, inaugura les arènes agrandies qui portèrent la capacité totale à 8 000 places. La rénovation de 2003 a permis de mettre en valeur la façade principale de l’édifice avec sa blancheur crue et son style andolou évoquant un peu les plazas de toros de Séville, de Cordoue et de Grenade, ainsi que la superbe sculpture représentant une tête de taureau qui surplombe l’entrée principale.

     

    votre commentaire
  •  Si d'aventure un jour vous passez dans les Landes et que vous ayez une journée à combler, alors n'hésitez pas, aller vous balader en barque  sur le COURANT D'HUCHET.

    Le courant d'huchet est un petit cours d'eau, véritable cordon ombilical, qui relit l'étang de LEON à l'océan atlantique. Ce site naturel est riche en histoire, en traditions et en habitats pour la faune et la flore. Il est à ce jour le seul cours d'eau du golfe de Gascogne dont l'embouchure n'a pas été stabilisée par des travaux d'endiguement.

    Classé réserve naturelle depuis 1981, c'est un site unique d'une grande richesse botanique. Sa superficie est de 618 ha.

    Pour accéder au site de la réserve naturelle, cliquer sur la photo ci-dessous. 

    LEON courant d'Huchet 001

     L'étang de LEON est coupé en deux. La moitié Ouest est classée réserne naturelle, tandis que la moitié Est fait le bonheur des pécheurs, des chasseurs, des amateurs de canoé et des baigneurs. 
    LEON lac du courant d'Huchet 2 001

     Seul possibilité pour visiter le site c'est d'embarquer sur une Galupe (barque traditionnelle à fond plat) manœuvrée à la rame par un batelier professionnel.

    véritables "galériens" ils rament 4h00 par jour sous un soleil de plomb pour le plus grand plaisir des passagers. Sur la photo l'étang de Léon avec en point de mire l'entrée du "courant"

    LEON-courant-d-Huchet-005.JPG

     L'entrée du courant d'Huchet

    LEON-courant-d-Huchet-007.jpg

      Navigation sous les frondaisons. LEON courant d'Huchet 073

     Les passagers se tassent au fond de la barque pour passer sous un tronc d'arbre.

    LEON-courant-d-Huchet-033.JPG

     Passage d'une partie délicate à fort contre courant, les passagers ont débarqué et suivent la rive pendant une centaine de mètres avant de réembarquer. Sans-titre-1.jpg

        L'arrivée du courant sur la plage de MIOLETS embouchure du courant d'huchet1

      L'embouchure naturelle du courant.ferme-de-polayer-018BIS.jpg

     HISTOIRE:

    En 1905 Maurice MARTIN organise deux expéditions d'Arcachon à Biarritz afin de promouvoir le littoral aquitain qu'il baptise la Cote d'Argent. Pour ce faire il invite la presse nationale et régionale. Les premières descentes ont lieu à cette époque. Le formidable coup de publicité qui s'en suit engendre une demande de plus en plus forte ce qui amène les pécheurs du la à s'organiser (1908). En 1911 J.-H ROSNY invite des gens de lettres et artistes dont son frère, Paul Margueritte ( tous trois membre du premier jury du prix Goncourt) et le très illustre Gabriele d'Annunzio à descendre le Courant accompagnés de Maurice Martin. Ces personnalités vanteront dans leurs écrits la beauté de ce site et sa renommée ira crescendo jusqu'à nos jours. Classé site protégé en 1932, le Courant d'Huchet devient une réserve naturelle en 1981. En 2008 les bateliers ont fêté le centenaire de leur organisation . A cette occasion ils ont édité un livre richement illustré d'environ 200 photos.

     

    OU CE TROUVE CETTE MERVEILLE:

    Coordonnées GPS: Latitude 45°53'9.88''Nord - Longitude 1°19'12.48''OUEST.

    Adresse du bureau des bateliers: 370 les berges du lac - 40550 LEON

    Téléphone: 05 58 48 75 39

    A 30 km de DAX - 150 kms de BORDEAUX - 150 kms de LOURDES.

     

     

    1 commentaire
  • Si je vous dis que toutes les photos qui suivent ont été prises en région lyonnaise, vous allez me dire Papy tu débloques. Mais non, mais non :

    - Au sud, à 65 kilomètres de Lyon, le SAFARI DE PEAUGRES, superbe espace naturel, ou la nature et l'homme ne font qu'un. Le parc s'étend sur 80 hectares dont une partie se visite en voiture. 900 animaux répartis en 130 espèces.

       - Au nord à 37 kilomètres cœur de la dombes se trouve le PARC DES OISEAUX, aménagé autour d’un étang et où des oiseaux du monde entier sont présentés dans des volières et des enclos reproduisant des ambiances naturelles de tous les continents.

    - A l'est, à 30 kilomètres, le PARC DE COURZIEU ou rapaces en vol et loups vous attendent.

    - Dans Lyon, le superbe PARC DE LA TETE D'OR. 105 hectares dédiés à la botaniques, la zoologie et surtout à la détente, qui  intègrent un lac de 16 hectares.

    Dés les beaux jours ces différents sites subissent les attaques de mon appareil photo. Pour profiter de ces parcs prèvoir la journée.

    antilope.jpg

     giraffes

     hiboux.jpg

     maki.jpg

     mouette.jpg

     zebu.jpg

     oiseaux-eau.jpg

       tigres.jpg

     

     

    1 commentaire
  • Préambule:
    Il existe de nombreux articles sur ce chateau qui font tous référence à la meme source, C'est pour cette raison que je vous renvoi aux liens suivant pour son histoires et son architecture.

    Site de la ville de St Quentin Fallavier
    Site de Fabrice Mrugala sur le moyen age

    --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

     Sans titre-1-copie-2Le chateau de Fallavier est construit vers 1280 sur l’éperon barré du Relong. Au sommet de la colline, les bâtiments castraux, avec salle d’apparat, chapelle, appartements du châtelain et communs, se concentrent au pied d’un puissant donjon circulaire. 
    Le dispositif défensif est complété  par une basse-cour entourée d'une muraille qui englobe plus 14 000 m².

    Abandonné le château fut démantelé sur ordre de Richelieu en 1634.

    ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Dimanche 25 mars, 10h00 réveil naturel, temps superbe, soleil, ciel bleu. Que faire ? Et si l'on allait visiter à un vieil ami de longue date : Le château de Fallavier. Coup de fil à des amis, histoire de partager un bon moment et c'est parti. Ray ban, casquette western, béquilles et appareils photos en position de combat, c'est Papy qui part en campagne, clopin, clopan, accompagné par un brillant équipage, l'une bras en écharpe, l'un essoufflé, ma moitié pliée en deux...« Fallavier nous voila ! Force et courage ».

    Arrivé au pied de la colline de Relong nous laissons là la chariote sur le parking prévu à cet effet.

    Trèves de plaisanterie, passons aux choses sérieuses. Comment aborder cette visite ? C'est la première fois que j'écris un tel article. Temps de réflexion. Euréka ! C'est tout simplement une "mission de reconnaissance d'ouvrage d'art"  comme au bon vieux temps. Un rapport de mission de reco certes c'est précis et concis (excellent pour un historien), mais que c'est ennuyeux et barbant à lire. Donc retour à la case départ, mais pas de panique, on s'adapte, on improvise, on domine. Ca je sais faire...C'est donc un Papy confiant qui part à l'assaut de la forteresse, heu!!!! de la ruine. « Dis Papy c'est qui la ruine ?» - « Ptit, t'ai rien dmandé ».

     UNE PREMIERE ENCEINTE nous accueille, pas très haute, pas très épaisse, parcourue à intervalle régulier par des meurtrières. Surprise, pas de tour apparente le long de cette muraille. Je n'y connais rien en architecture des châteaux forts, mais le "militaire" s'interroge. Bizarre cette enceinte sans tour qui me parait opposé qu'une faible résistance à une attaque. De surcroit une fois prise elle pourrait offrir une protection aux attaquants. Plus surprenant encore, pas de défenses apparentes à l'entrée. Point de châtelet, de barbacane et autre défense, juste un pan de muraille perpendiculaire à l'entrée. Je fais le tour de l'enceinte, hauteur et épaisseur très variables suivant les endroits, toujours pas de tour. Elles ont peut etre été rasé, mais aucune trace de fondation...il faudra que je me renseigne.

    chateau-de-St-Quentin-Fallavier-040bis-copie-1.jpg

     compo-enceinte-1.jpg

    UNE DEUXIEME ENCEINTE qui ceinture le donjon et divers bâtiments nous apparait au sommet de la colline. La c'est du sérieux. Emporté par l'enthousiasme de la découverte et l'exaltation qui émerge des lieux, béquilles sous bras, je voltige de-ci, de-là, sur les divers ouvrages. Recoin, niches, chemin de rondes, donjon, subissent le piétinement de mes béquilles.  Quant aux visiteurs, coups d'assommoir se prennent, par l'appareil photo qui balance tel un bélier suspendu à mon coup...

    Frénésie passée et calme revenu, premières impressions à chaud:
     
    - La restauration des lieux privilégie la sécurité des visiteurs au détriment de l'histoire et du respect des matériaux traditionnel. Trop de béton, un mur d'enceinte parait neuf, pour ne pas dire moderne, les rambardes d'aciers envahissent le paysage. Déception, no comment, je vais me faire des ennemis.

    - Le dernier maitre d'œuvre semble avoir privilégié le confort, parfois au détriment de la défense. De larges ouvertures apparaissent dans les murailles, au niveau de la grande salle et de la chapelle.
    En cas d'attaque frontale les remparts ne bénéficient pas d'appui. Pas de tour d'angles, pas de tour de flanquement, pas de mâchicoulis ou d'ouvrages avancés.
    Murailles très exposées à une attaque de sape, en particulier le rempart nord.
    La seule défense crédible reste le donjon, mais dans l'incapacité d'appuyer une attaque des remparts. Le terme appuyer signifie: neutraliser. En résumé, contrairement à ce que disent les différents auteurs que j'ai lu ce château me parait bien vulnérable, pour "une véritable place forte capable de défendre un territoire et mettre le seigneur à l'abri de toute attaque"...mais je rappel que je n'y connais rien en chateau fort...

     

    PLAN GENERAL DU CHATEAU

    croqui-du-chateau.jpg

     

    ENCEINTE DU CHATEAU  chateau-fallavier.jpg

      Sur ces photos on peut remarquer de larges ouvertures, sur la première photo une ouverture sur la grande salle, sur la quatrième photo une ouverture sur la chapelle.

    ENTREE DU CHATEAU

    chateau-st-quentin-fallavier.jpg


     LE DONJON
     DONJON-1.jpg

     Intérieur du donjon donjon-fallavier.jpg 

    Le donjon m'intriguechateau-de-St-Quentin-Fallavier-049bis-copie-1.jpg   LES LOGIS grande salle copie

    PUIT-copie-1.jpg
    ARMORIAL DU CHATEAU DE FALLAVIER

    La création de ces armoiries m'a pris trois jours de travail à temps plein. Lors de cette réalisation j'ai remarqué de nombreuses erreurs dans l'armorial situé dans le donjon du château. ARMOIRIALe

     

     RENSEIGNEMENTS PRATIQUES

    Le château est librement accessible au public, les dimanches et jours fériés de 15h à 18h30, de mars à octobre.

    La ville de Saint Quentin fallavier propose des animations gratuites durant l'année sous forme de reconstitutions historiques : démonstration de combats et scène de la vie quotidienne du Moyen Age avec la compagnie Excalibur. http://www.xkrhone.com/spip/

    Prochains rendez-vous: 
                                                       dimanche     15  avril  2012
                                                       dimanche     27  mai   2012  
                                                       dimanche     24  juin   2012

     

    ANNECDOTE

    Plusieurs scène de KAAMELOTT, la célèbre série française humoristique diffusée sur M6 ont été tourné au châateau de FALLAVIER.
    Le réalisateur Alexandre ASTIER connait bien ce site, car il est originaire de LYON.

      

     

    1 commentaire
  •  Le carnaval de DUNKERQUE vient de débuter et va durer trois mois.
    Jean BART le célèbre corsaire est particulièrement mis à la l'honneur grace à sa fameuse cantate écrite par Joseph Fontemoing en 1823.

    Le soir de "la Bande de Dunkerque", la foule des « carnavaleux » se retrouvent devant la statue du héros dunkerquois. À genoux, les bras tendus vers le ciel, ils entonnent le premier couplet et le refrain de la Cantate à Jean Bart.


    La Cantate à Jean Bart   

    Jean Bart, salut, salut à ta mémoire

    De tes exploits, tu remplis l'univers ;

    Ton seul aspect commandait la victoire,

    Et sans rival tu régnas sur les mers.

    Jusqu'au tombeau France Mère adorée,

    Jaloux et fiers d'imiter sa valeur,

    Nous défendrons ta bannière sacrée,

    Sur l'océan qui fut son champ d'honneur. (bis)

     

    Jean Bart, Jean Bart, la voix de la patrie

    Redit ta gloire et ton nom immortel

    Et la cité qui te donna la vie

    Erigera ta statue en autel (bis)

     

    Enfant du peuple, il conquit sa noblesse

    Par son épée… ô glorieux destin.

    Et cette épée, aux jours de sa détresse,

    Sauva la France, en lui donnant du pain.

    Un feu sublime, embrasait son courage ;

    La hache au poing, affrontant le trépas,

    Il s'élançait, terrible à l'abordage,

    Tel un lion au milieu des combats. (bis)

     

    Découvrons-nous, sculpté par le génie

    Jean Bart revit dans ce bronze éloquent.

    Et toi qui fus l'idole de sa vie,

    Son glaive encore, ô France ! te défend

    Si l'ennemi qui pâlit à sa vue,

    Dans son délire osait-nous outrager,

    Du piédestal, qui porte sa statue

    Il descendrait armé pour nous venger. (bis)

     

    1 commentaire
  • Pour finir l'été, un petit tour du coté d'ANTIBES. Je crois que c'est en France...nous avons croisé très peu de français. C’est peut être la nouvelle Angleterre... Mais la n'est pas mon propos.
    Nous sommes venu pour caresser les dauphins...n'est ce pas Mamy.... et participer à la relance de l'économie....

    Saut d'obstacle...  1111

     Trois petits tours et puis s'en vont... 2222.jpg

     Croissement dangereux...4444.jpg

     J'aime le plash !

    5555.jpg

     Sauve qui peut...ça mouille... Pourtant le panneau lumineux annonçait: " VOUS ALLEZ ETRE MOUILLE"6666

     Les aquarums tropicaux. Quand un ange bleu passe... 3333.jpg

     "Ce n'est qu'une mise en bouche ...vous plaisantez...nous n'avons pas les memes valeurs..."

    7777 

     "Je t'aime trés fort DOUDOU... "8888.jpg

     The Country line dance... 

    9999.jpg

     

    1 commentaire
  • Lundi matin Papy et Mamy sont parti passer la journée à Notre Dame de la salette. Joli site sacré ou l'on y trouve ce que l'on cherche.

    Papy ayant pris un coup de chaleur et surtout une flémengite aigue,  laisse le soin au site officiel de faire un petit topo. Toutefois les photo sont bien de moi.

    Texte extrait de :    http://lasalette.cef.fr/spip.php?article381

    Le 19 septembre 1846, dans les alpages au dessus du village de La Salette en Isère, deux enfants bergers, Maximin Giraud et Mélanie Calvat, disent avoir rencontré une "Belle Dame" en pleurs, toute de lumière. Elle leur confie un message de conversion, pour "tout son peuple". Après 5 ans d’une enquête rigoureuse, l’évêque de Grenoble, Mgr Philibert de Bruillard, reconnaît par un mandement authenticité de l’apparition.

    salette1.JPG

    L’événement

    Le 19 septembre 1846, deux enfants disent avoir rencontré une " Belle Dame" dans les alpages où ils faisaient paître leurs vaches, au dessus du village de La Salette. Maximin Giraud a 11 ans et Mélanie Calvat 14 ans. D’abord assise et toute en larmes, la " Belle Dame" se lève et leur parle longuement, en français et en patois, de " son Fils" tout en citant des exemples tirés du concret de leur vie. Elle leur laisse un Message en les chargeant de le " faire bien passer à tout son peuple ". Toute la clarté dont elle est formée et qui les enveloppe tous les trois, vient d’un grand Crucifix qu’elle porte sur sa poitrine, entouré d’un marteau et de tenailles. Elle porte sur ses épaules une lourde chaîne et, à côté, des roses. Sa tête, sa taille et ses pieds sont entourés de roses. Puis la " Belle Dame " gravit un raidillon et disparaît dans la lumière.

    L’Église reconnaît l’apparition

    Le 19 septembre 1851, après une enquête longue et rigoureuse, Mgr Philibert de Bruillard, l’évêque de Grenoble, déclarera dans un mandement célèbre que " l’apparition de la Sainte Vierge à deux bergers sur la montagne de La Salette... porte en elle-même tous les caractères de la vérité et que les fidèles sont fondés à la croire indubitable et certaine". En 1855, Mgr Ginoulhiac, évêque de Grenoble, après une nouvelle enquête confirme la décision de son prédécesseur, tout en déclarant : " La mission des bergers est finie, celle de l’Église commence ".

    salette22.jpg

     

     

    1 commentaire
  • Ce matin PAPY est parti en pèlerinage à Notre Dame de la salette. Il a bien médité, mais chassez le naturelle il revient au galop. Au retour il n'a pas résisté à l'idée de faire un petit coucou à une vieille connaissance. Rentrant par la route Napoléon, par le plus grand des hasards.  Il a dit tout à coup à Mamy au détour d’un virage " tiens une statue équestre au milieu d'un champ, on y va ". Mamy surprise a dit " Pourquoi pas ".

    Evidemment vous l'avez deviné nous sommes au beau milieu de la prairie de la rencontre à LAFFREY.

    Comme il fait beaucoup trop chaud pour conter l'histoire, je vous l'offre en photo.  

    notre-dame-de-la-salette-033.JPG

     Le soleil d'Austerlizt est de retour, certes il a du mal à percer et il est un peu palot...La photo est à l'image de son retour...notre-dame-de-la-salette-035bis.JPG La fameuse "Prairie de la rencontre" avec les forces armées de Louis XVIII.
     Ce fut sa première phrase, tout le monde connait la seconde. Sinon se reporter à la première photo..22

     

    1 commentaire
  • Papy et sa tendre et douce sont parti en safari photo dans un lieux qu'ils affectionnent particulièrement : " le parc des oiseaux de VILLARS LES DOMBES ".

    Un endroit magique pour les amoureux des oiseaux qui savent prendre le temps de les observer...

     J'en profite pour présenter mes meilleurs photo.

    Parc des oiseaux 033

       Parc-des-oiseaux--109.JPG

      Parc-des-oiseauxa-copie-1.JPG

     Parc-des-oiseaux-VILLARS-LES-DOMBES-186bis.JPG

     Parc-des-oiseaux-VILLARS-LES-DOMBES-015.JPG

      parc des oiseaux

      Parc-des-oiseaux-VILLARS-LES-DOMBES-160-copie-1.JPG

    Parc-des-oiseaux-VILLARS-LES-DOMBES-118.JPG

     

     

    1 commentaire
  • Un de mes enfants, accompagné de son épouse a fait une rencontre surprenante. Au détour d'un chemin, ils ont surpris et photographié un mamouth fort en colère d'etre dérangé... 

    Si d'aventure vous parcourez le massif du PILAT, soyez prudent... 

    elephant.JPG

     Etonnant n'est-ce pas, cet arbre mort ?

    Je suis à chaque fois étonné de rencontré un peu partout ou je passe des formes végétales ou géologiques surpenantes comme par exemple les chameaux de FAYA LARGEAU, les éléphants de DOUGA ou le pouce de L'ABOUTOUYOU.

    Mais je n'aurai jamais imaginé rencontré un éléphant dans le PYLA. éléphant1

     

    1 commentaire
  • Pour les amoureux des oiseaux, une seule adresse, le parc des oiseaux de Villars les Dombes dans l'Ain.

    Je n'en dirais pas plus: "A voir absolument"

    Les photos ne sont pas au top, elles ont été prises avec un compact. J'ai du corriger les flous avec un logiciel  de traitement d'image.

    118bis.jpg

    128bis.jpg

     

     003.JPG

     

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique